13 215 nouveaux cas, 7 décès dans les Ehpad


CORONAVIRUS EN DIRECT. En France, »Tous les indicateurs » d’une aggravation de l’épidémie de Covid-19 sont désormais présents. Le pays enregistre plus de 13 200 nouveaux cas en 24 heures, un record. Nouvelles mesures dans les grandes villes, clusters et décès dans les Ehpad. Nombre de cas, morts, R0, départements les plus touchés : infos du jour et derniers chiffres.

[Mis à jour le vendredi 18 septembre à 20h32] L’épidémie de coronavirus est « à nouveau très active en France » a confirmé Olivier Véran lors de sa conférence, jeudi 17 septembre, « le virus circule activement chez les 15-45 ans ». Selon Santé Publique France « Tous les indicateurs » d’une aggravation de l’épidémie de Covid-19 sont désormais présents en France. Au 18 septembre, 13 215 nouveaux cas positifs de Covid-19 et 154 décès supplémentaires sont enregistrés ces dernières 24 heures (le bilan inclus un rattrapage de 76 décès sur les semaines précédentes). 42 départements sont classés rouges sur un total de 87 placés en « situation de vulnérabilité ». « Si la dynamique de l’épidémie se maintient, le nombre de cas confirmés hebdomadaire doublera dans 14 jours » prévenait déjà la semaine dernière Santé publique France. Le chef de l’Etat a estimé que « La solution, nous l’avons dans nos mains, collectivement« , en rappelant le 18 septembre, l’importance des gestes barrières. « Si chacun fait sa part, nous pouvons vaincre le Covid-19 plus vite. Il faut continuer d’expliquer, sans infantiliser ni culpabiliser« . Le protocole va être allégé dans les écoles aux vues des dernières connaissances du coronavirus chez l’enfant. Les chiffres à jour de l’épidémie en France ont été publiés par Santé Publique France : évolution des cas, des décès, du nombre de personnes en réanimation, des clustersR0 en France… Détails.

Dernières infos en direct : 

  • 154 décès en France. Le bilan des décès du Covid-19 au 18 septembre inclus un rattrapage de données (76 décès) sur les semaines précédentes et jusqu’à la mi-juillet, « ce qui explique l’augmentation du nombre de décès déclarés ce jour » précise Santé publique France. Les données concernent un établissement de soins d’Ile-de-France.
  • 8 cas de Covid-19 ont été diagnostiqués à l’Assemblée nationale ces derniers jours, parmi les députés, collaborateurs ou personnels de l’institution, a indiqué l’AFP.
  • Mesures encore plus restrictives à Toulouse. Le préfet de Haute-Garonne a renforcé ce vendredi les mesures anti-Covid à Toulouse. Le nouvel arrêté, qui entrera en vigueur samedi, interdit « les activités musicales audibles depuis la voie publique » et la « consommation debout dans les restaurants et débits de boisson », a précisé le préfet Etienne Guyot. La vente d’alcool à emporter sera interdite à compter de 20 heures, comme sa consommation dans les espaces publics dans l’ensemble de la ville dès 13 heures.
  • Autorisation des tests salivaires. La Haute Autorité de Santé (HAS) a publié un avis autorisant l’utilisation des tests salivaires dans le cadre de la lutte contre le Covid-19. Seules les personnes symptomatiques pourront en bénéficier, indique le Pr Dominique Le Guludec, présidente du Collège de la HAS. Ces nouveaux tests ne seraient pas assez fiables pour les personnes asymptomatiques : « on raterait plus de 75% » des infections en raison de performances insuffisantes ».
  • 89 établissements scolaires sont fermés, en France pour cause de Covid-19, sur 61 500. il s’agit de 76 écoles, 5 collèges et 8 lycées. 23 d’entre eux se situent à Lille, 12 à Toulouse et 11 à Aix-en-Provence-Marseille, selon un communiqué du ministère de l’Education Nationale.
  • Cluster en Ehpad, à Bourges. Un cluster de 54 cas positifs au Covid-19 a été détecté dans l’un des plus grands Ehpad de France, situé à Bourges, a annoncé l’ARS du Centre-Val de Loire. « Les résidents sont confinés dans leurs chambres et un dépistage massif est en cours. » Un décès lié au Covid-19 est à déplorer dans l’établissement.
  • 6 décès en Ehpad à Roanne. Selon l’ARS Auvergne-Rhône-Alpes, 6 résidents sont décédés dans un Ehpad de Roanne (Loire) où près de 50 cas positifs au Covid-19 ont été détectés : 40 résidents et 8 membres du personnel sont concernés.
  • Rassemblements interdits à Nice. Les rassemblements de plus de 10 personnes sont désormais interdits à Nice dans les lieux publics suivants : parcs, jardins, plages, quais. Fermeture des débits de boisson entre 00h30 et 6h du matin. Interdiction de la vente d’alcool à emporter après 20h00. Interdiction de la diffusion extérieure de musique par les bars et sur la voie publique. Annulation des Journées du Patrimoine, prévues ce week-end et jauge abaissée à 1000 personnes pour les « grands événements ». Interdiction des bateaux de croisière dans le port de Nice. Port du masque obligatoire dans les cinémas et les théâtres. Maintien de la suspension des visites dans les Ehpad publics, sont les principales restrictions prises dans la ville de Nice, mais qui pourrait « avoir vocation à être étendues », a précisé le préfet des Alpes-Maritimes, Bernard Gonzalez.
  • 300 millions de doses de vaccins pour l’Europe. L’Union européenne a conclu un accord avec Sanofi et GSK en vue de la fourniture de 300 millions de doses d’un futur vaccin contre le COVID-19 à destination des 27 pays, annonce la commissaire européenne à la Santé vendredi 18 septembre.
  • Rappel à l’ordre à Paris et en Ile-de-France. « La circulation très active du virus en Ile-de-France, en particulier à Paris et en petite couronne, se traduit depuis le début du mois de septembre par une augmentation de plus en plus significative de son impact sur l’offre de soins régionale » alertent le préfet de la Région Ile-de-France, le préfet de Police, et le directeur général de l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France dans un communiqué du 18 septembre. Ils rappellent l’importance du respect des recommandations sanitaires et de la plus grande vigilance quant aux comportements individuels et collectifs susceptibles de participer à la diffusion du virus.
  • Allègement du protocole à l’école « Les enfants jeunes sont peu à risque de formes graves et peu actifs dans la chaîne de transmission du coronavirus, le risque de transmission existe principalement d’adulte à adulte, d’adulte à enfant mais rarement d’enfant à adulte et d’enfant à enfant, a souligné Olivier Véran le 18 septembre. Cela signifie que les enfants en primaire, maternelle, crèche sont peu susceptibles de se contaminer entre eux. Si un enfant a été testé positif dans une même classe, les autres élèves pourront continuer à aller à l’école ». Dès lors, le ministre a annoncé que le protocole allait être assoupli dans les prochains jours dans les écoles. « Les enfants doivent aller à l’école et il n »y a pas lieu de fermer des établissements entiers à la première alerte » . Le port du masque va être rendu obligatoire pour tous les professionnels de crèches y compris en présence des enfants.
  • L’OMS s’alarme : Le niveau de transmission du Covid-19 est « alarmant » en Europe, a relevé jeudi l’OMS, qui s’inquiète également des raccourcissements de quarantaine décidés ou envisagés dans plusieurs pays, dont la France.
  • Le Tarn désormais en zone rouge. Le Tarn est placé ce jeudi en zone de circulation active (ZCA) a annoncé la préfecture du Tarn. Selon les données de Santé Publique France, le taux d’incidence de ce département, soit le nombre de cas pour 100 000 habitants, était, il y a trois jours, de 65,2.
  • Le Nord et le Pas-de-Calais classés en zone rouge. La Belgique a décidé mercredi de classer en zone rouge les départements du Nord et du Pas-de-Calais, comme déjà 27 autres départements français. La mesure entre en vigueur vendredi à partir de 16 heures. Seuls les travailleurs, les étudiants et certaines raisons familiales permettent encore le passage.  » Les voyages à but touristique ne sont plus possibles « , a indique le ministère belge des Affaires étrangères à nos confrères de La Voix du Nord. Pour éviter une quatorzaine et un test de dépistage obligatoire, les Belges, actuellement dans le Nord ou le Pas-de-Calais, ont 48 heures pour regagner leur pays, soit vendredi 18 septembre à 16 h. Air Corsica a, du coup, suspendu ses vols vers la Belgique (comme la Corse fait partie des départements de la liste rouge).
Carte montrant les régions ayant les plus forts taux d’incidence d’infection au Covid-19 en France au 17 septembre. © Gouvernement.fr

Selon les derniers chiffres de Santé publique France, au 18 septembre, la France fait état de 13 215 nouveaux cas de coronavirus recensés en 24h (surtout chez les jeunes adultes) et 154 nouveaux décès (incluant un rattrapage de 76 décès survenus durant les semaines précédents)Il est observé une nette augmentation du nombre de nouveaux clusters détectés en France.

• 31 249 personnes sont décédées en France

• 3 626 nouvelles hospitalisations en 7 jours

• 947 clusters en cours d’investigation (+93 en 24 heures)

« L’épidémie est à nouveau très active en France, nous devons apprendre à vivre avec le virus pour quelques mois encore » a prévenu Olivier Véran lors de sa conférence de presse le 17 septembre. Du 7 au 13 septembre (semaine 37), l’ensemble des indicateurs permettant le suivi de l’épidémie due au SARS-CoV-2 est en augmentation, indique Santé Publique France dans son bulletin hebdomadaire du 17 septembre. L’augmentation du nombre de nouveaux cas confirmés se poursuit avec 53 384 cas enregistrés sur cette semaine soit +7% par rapport à la semaine précédente. Le taux de reproduction au niveau national est supérieur à 1 mais trois fois inférieur à celui du printemps dernier. La dynamique épidémique est « inquiétante » dans certains territoires en particulier : Marseille (taux d’incidence six fois au-dessus du seuil d’alerte), Lyon (quatre fois au-dessus du seuil d’alerte), Nice (trois fois la côte d’alerte). Le taux d’incidence en semaine 37 était de 82,3 cas pour 100 000 habitants (vs. 75,3 en S36). Les jeunes adultes (20 à 30 ans) restent les plus touchées par le SARS-CoV-2 mais les cas augmentent ces dernières semaines chez les 75 ans et plus, qui sont des personnes particulièrement à risque pour la COVID-19

Stratégie de la France :

  • Appliquer les gestes barrières partout.
  • Tester-Alerter-Protéger.
  • Adapter la stratégie selon chaque territoire.
  • Protéger les personnes vulnérables et âgées.

 

Au 18 septembre, Santé Publique France rapporte un total de 428 696 cas confirmés de coronavirus depuis le début de la pandémie. 13 215 de plus sur les dernières 24 heures. La circulation du virus se fait principalement chez les jeunes adultes mais les cas augmentent ces dernières semaines chez les 75 ans et plus. Sur un total de 67 millions d’habitants, cela représente 0,53%. Le pic épidémique a été observé la semaine du 23-29 mars, soit une semaine après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Depuis mi-juin, le nombre de nouveaux cas confirmés de COVID-19 augmente régulièrement. Le Premier ministre Jean Castex a demandé le 11 septembre « aux personnes âgées d’observer la plus grande prudence au quotidien ».

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine du 10 mai au 13 septembre 2020 

cas confirmés covid france
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 10 mai au 13 septembre 2020 (données au 16 septembre 2020) © Santé Publique France

Nombre de cas confirmés de COVID-19 par semaine du 23 janvier au 29 août 2020.

Nombre de cas confirmés de Covid-19 en France
Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23/01 au 29/08/2020 (données au 2 septembre) © Santé Publique France

Au 18 septembre, la France recense 3 626 nouvelles hospitalisations sur les 7 derniers jours dont 571 de plus en réanimation. Au 18 septembre, 827 personnes sont en réanimation à cause du Covid-19 (+19 en 24 heures). « La part en réanimation des cas de Covid-19 a atteint les 30% dans la région Paca », a indiqué Olivier Véran lors de sa conférence de presse du 17 septembre. Les nouvelles admissions en réanimation augmentent dans toutes les régions exceptées en Centre-Val de Loire, Pays de la Loire et en Grand-Est où les taux sont restés stables. C’est en Provence-Alpes-Côte d’Azur que le taux est le plus élevé et ensuite en Ile-de-France). Au global, les passages aux urgences pour Covid-19 augmentent pour la 6e semaine consécutive dans toutes les régions. Les nouvelles hospitalisations augmentent aussi, surtout en Provence-Alpes-Côte d’Azur, en Auvergne-Rhône-Alpes et en Île-de-France.

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars, la réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité).

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici l’évolution des hospitalisations (dont la réanimation) et des décès en France par région.

Evolution des hospitalisations (dont en réanimation) et décès à l’hôpital du Covid-19 par région au 18 septembre (source : Santé publique France)

RégionsHospitalisations en coursEvolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 HRéanimation Soins intensifEvolution des nouveaux patients sur les  dernières 24 HDécès
Île-de-France2 311+229263+67 938
Grand Est293+72103 719
Auvergne-Rhône-Alpes682-2210001 832
Hauts-de-France476-25701 971
Bourgogne-Franche-Comté71-108-11 072
Provence-Alpes-Côte d’Azur706+19149+111 074
Occitanie300+767-3558
Bretagne140+68-1274
Nouvelle-Aquitaine244+1548+8456
Normandie161+320+3454
Centre Val-de-Loire100+516-1586
Pays de la Loire94-216-2506
Corse21-14+162
Martinique17+36+119
Guadeloupe94-125-340
La Réunion66-512015
Guyane20-14061
Mayotte4+10028
TOTAL5 819+251827+1920 689 (+122)

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février 2020, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 18 septembre 2020, 31 249 personnes sont décédées en France (+154 en 24 heures, incluant un rattrapage de 76 décès survenus les semaines précédentes et non comptabilisés).

Le nombre hebdomadaire de décès en France est stable.

Au niveau national, le nombre hebdomadaire de décès en France est stable. La proportion de décès chez les hommes est supérieure à celle des femmes depuis le début de la pandémie. Au moins 92% des cas de COVID-19 décédés sont âgés de 65 ans ou plus. Le nouveau coronavirus aurait causé entre 25 000 et 30 000 décès supplémentaires en France entre le 2 mars et le 31 mai, selon une synthèse publiée par Santé Publique France le 23 juillet. « Parmi les 25 030 décès en excès toutes causes confondues, 23 400 personnes décédées étaient âgées de 65 ans ou plus et 1 510 personnes étaient âgées de 15-64 ans. Dans cette dernière classe d’âges, ce sont les personnes de 45-64 ans qui ont été touchées. Inversement, la mortalité chez les enfants de moins de 15 ans a diminué de 14% sur la période au niveau national » explique Anne Fouillet, responsable de la surveillance de la mortalité à la Direction Appui, Traitements et Analyses des données (DATA) de Santé publique France.

• Carte des décès en France par départements

Les régions les plus touchées par la circulation virale sont actuellement la Provence-Alpes-Côte d’Azur et l‘Ile-de-France. En Provence-Alpes-Côte d’Azur, et plus spécifiquement dans les Bouches-du-Rhône, la circulation virale s’est intensifiée depuis mi-juillet avec un quasi doublement des cas chaque semaine. Au 18 septembre 2020, Santé Publique France liste 92 départements en situation de vulnérabilité. 53 départements ont un nombre de cas de Covid-19 au-dessus du seuil d’alerte de 50/100 000 habitants dont 7 avec un taux au-dessus des 100 cas pour 100 000 habitants :

• départements en situation de vulnérabilité modérée : Aisne, Allier, Ardèche, Ardennes, Ariège, Alpes de Haute Provence, Aube, Aude, Calvados, Cantal, Charente, Corrèze, Deux-Sèvres, Dordogne, Doubs, Drôme, Eure, Eure-et-Loir, Gers, Haut-Rhin, Hautes Alpes, Haute Loire, Hautes Pyrénées Haute-Savoie, Haute Vienne, Loir et Cher, Lot, Lot et Garonne, Lozère, Mayenne, Mayotte, Meuse, Moselle, Morbihan, Oise, Réunion, Saône et Loire, Savoie, Seine Maritime, Somme, Territoire de Belfort, Vosges, Yonne.

• départements en situation de vulnérabilité élevée (plus de 50 cas pour 100 000 habitants) : Martinique, Guadeloupe (dont Saint Martin et Saint Barthélémy), Ain, Alpes-Maritimes, Aveyron, Bas-Rhin, Bouches-du-Rhône, Côte d’Or, Corse du Sud, Essonne, Gard, Gironde, Guyane, Haute Corse, Haute-Garonne,  Haute-Marne, Hauts-de Seine, Hérault, Indre et Loire, Loiret, Ille-et-Vilaine, Isère, Landes, Loire, Loire-Atlantique, Maine-et-Loire, Marne, Meurthe et Moselle, Nord, Paris, Pas de Calais, Puy de Dôme, Pyrénées Atlantiques, Pyrénées Orientales, Rhône, Sarthe, Seine et Marne, Seine-Saint-Denis,  Tarn, Tarn-et-Garonne, Val-de-Marne, Val d’Oise, Var, Vaucluse, Vienne, Yvelines.

En Outre-Mer : Antilles et La Réunion rapportent une augmentation de la circulation du SARS-COV-2. L’épidémie est en régression en Guyane et à Mayotte.

Le 11 septembre, le Premier ministre a indiqué que 42 départements se trouvent en zone rouge à cause d’une circulation active du virus et d’une dynamique épidémique défavorable. Il s’agit de : Paris ; Seine et Marne ; Yvelines ; Essonne ; Hauts-de-Seine ; Seine-Saint-Denis ; Val-de-Marne ; Val-d’Oise ; Loiret ; Côte d’Or ; Seine-Maritime ; Nord ; Pas-de-Calais ; Bas-Rhin ; Sarthe ; Maine-et-Loire ; Loire-Atlantique ; Îlle et Vilaine ; Gironde ; Pyrénées-Atlantiques ; Hérault ; Haute-Garonne ; Gard ; Tarn-et-Garonne ; Pyrénées-Orientales ; Aude ; Rhône ; Ain ; Puy-de-Dôme ; Loire ; Isère ; Alpes-Maritimes ; Bouches du Rhône ; Var ; Vaucluse ; Corse-du-Sud ; Haute-Corse ; Guadeloupe ; Martinique ; Guyane ; La Réunion ; Mayotte.

carte département rouge covid
Carte des départements en zones rouges à cause d’une circulation active du virus, au 12 septembre. © Ministère de la Santé

« Le flux de patients hospitalisés s’accélère en Ile-de-France »

• Ile-de-France : rappel des mesures en vigueur, situation à Paris

La circulation du virus est « très active en Ile-de-France, en particulier à Paris et en petite couronne depuis le début du mois de septembre » indique un communiqué de l’ARS de la région le 18 septembre. Le risque est que la circulation du virus chez les publics plus jeunes touche progressivement des personnes âgées ou fragiles et accélère l’augmentation des besoins de prise en charge sanitaire.

les trois dernières semaines le nombre de passages aux urgences pour suspicion de COVID a augmenté de 88%, les appels à SOS médecin pour suspicion de COVID ont augmenté de 140%, les appels au SAMU pour COVID ont augmenté de 189%, le nombre d’entrées en hospitalisation conventionnelle pour COVID a augmenté de 82%, le nombre d’entrées en soins critiques de 89% et le nombre de transports pour cause de COVID de la Brigade des Sapeurs-Pompiers de Paris a augmenté de 58%.

► la circulation du virus parmi les classes d’âge des 20-40 ans est très active, avec un taux de positivité qui atteint 9,6% pour les 20-29 ans.

Face à cette situation préoccupante, le préfet de la Région Ile-de-France, le préfet de Police, et le directeur général de l’Agence Régionale de Santé Ile-de-France rappellent l’importance du respect des recommandations sanitaires :

► Dans les bars, cafés et restaurants, la consommation en station debout est prohibée. Les clients doivent disposer d’une place assise et observer les distances (obligation de laisser libre un siège sur deux entre chaque groupe, limitation de la taille des groupes à dix personnes maximum venant ensemble, ou ayant réservé ensemble).

► Les inaugurations, colloques, assemblées générales, et tout événement mettant en contact des populations, doivent être autant que possible différés ou voir le volume des participants réduit, de sorte à permettre la distanciation physique entre les participants et le respect des gestes barrière.

► Les rassemblements festifs ou conviviaux sur la voie publique doivent être évités ou déclarés en préfecture s’ils excèdent plus de 10 participants.

► Le port du masque dans l’espace public est obligatoire à Paris et dans les départements de la petite couronne, ainsi que dans les zones à forte densité de population en grande couronne, à partir de 11 ans.

Après une augmentation progressive des cas de Covid-19 début février, l’Île-de-France a connu en mars une diffusion rapide des cas en communauté, l’épidémie atteignant un pic la semaine du 23 au 29 mars. Les Franciliens comptent pour environ 40 % des décès pour Covid-19 recensés en France depuis le 1er mars, que ce soit à l’hôpital ou en Ehpad. La classe d’âge des 20-30 ans reste la classe la plus fortement touchée par la diffusion du virus, et celle où la progression est la plus importante. Le nombre de nouveaux clusters est en augmentation. 

Santé Publique France rapporte 947 clusters en cours d’investigation en France au 18 septembre, 93 de plus sur les dernières 24 heures. Le nombre de clusters dans les Ehpad repart à la hausse depuis 6 semaines. Au 18 septembre, 153 clusters sont en Ehpad. La région Provence-Alpes-Côte d’Azur comptabilisait 40% des clusters en cours d’investigation en Ehpad. Les sources principales de ces clusters sont dans l’ordre : l’entreprise, le milieu familial et les événements publics/privés rassemblant de manière temporaire des personnes.

Le taux de reproduction du coronavirus (R effectif ou R0) calculé à partir du nombre de tests positifs baisse, passant de 1.19 à 1.09 et celui calculé à partir des passages aux Urgences monte à 1.40 (vs 1.20 la semaine passée). Il était de 3 au pic de l’épidémie au printemps dernier. Quels sont les départements ou régions où le virus circule le plus ? Comment ce nombre est-il calculé ? Définition, courbe d’évolution et carte par région.

Le dépistage du coronavirus est en première ligne de la stratégie du gouvernement pour faire face au rebond épidémique confirmé sur le mois de septembre. Problème : si ces tests sont possibles pour tous, avec ou sans symptômes, avec ou sans ordonnance, ils sont aujourd’hui de plus en plus difficiles à réaliser à cause de la forte affluence devant les laboratoires et d’un manque de réactifs. Jeudi 17 septembre, le ministre de la Santé Olivier Véran a confirmé des « des difficultés organisationnelles » et indiqué que « les personnes disposant d’une prescription médicales sont prioritaires ». 20 centres de dépistage supplémentaires devraient ouvrir lundi 21 septembre en Ile-de-France pour aider les 590 laboratoires qui dépistent le Covid-19. « Il ne sert à rien de se tester trop souvent, a précisé le ministre. Le test doit être fait si vous avez un doute, si vous avez des symptômes et si le cas contact est avéré, si vous avez été appelé par l’Assurance maladie ou l’ARS, les cas contacts de cas contacts ne sont pas des cas contacts. » 5 millions de tests antigéniques ont été commandés et devraient arriver en France début octobre. La Haute Autorité de Santé doit se prononcer prochainement sur les tests salivaires.

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger pour prévenir une deuxième vague est l’application de mesures barrières : respect de la distanciation physique minimale d’un mètre, port du masque, lavage des mains réguliers, réduction des rassemblements. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau (urticaire, autres affections dermatologiques), la sphère digestive (vomissements, diarrhées…), l’odorat, le goût et même le cerveau. 

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin pour prendre rendez-vous dans l’éventualité qu’il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : « Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation », prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.  

Lire aussi : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un « nouveau type de coronavirus ».
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ».
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • Le 15 avril, le cap des 2 millions de cas de coronavirus dans le monde est franchi, et près de 129 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 27 avril, 3 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 208 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 avril, le gouvernement français présente son plan de déconfinement valable à partir du 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 21 mai, 5 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 329 800 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 mai, le Premier ministre Edouard Philippe annonce les mesures de la phase 2 du déconfinement en France en vigueur du 2 au 22 juin.
  • Le 31 mai, 6 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 369 244 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 7 juin, le cap des 400 000 morts est franchi (400 792) dans le monde et près de 7 millions de cas (6 944 916), selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • Le 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • Le 28 juin, le cap des 10 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 500 000 décès ont été atteints dans la nuit du 28 au 29 juin 2020, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 10 juillet, la France a franchi la barre des 30 000 morts. Dans la nuit du 10 au 11 juillet à minuit, l’état d’urgence sanitaire prend fin en France.
  • Le 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans les lieux publics clos en France.
  • Le 11 août, le cap des 20 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 730 000 décès ont été atteints, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 30 août, le cap des 25 millions de cas de Covid-19 a été officiellement franchi à travers le monde dans la nuit de samedi à dimanche, dont plus de la moitié en Amérique, selon un comptage réalisé par l’AFP.
  • Le 18 septembre, le cap des 30 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et 947 000 décès sont déclarés, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès



Source