25 cas confirmés après une fête entre jeunes

Toute la chaîne de contamination a débuté par une soirée à Saint-Malo, en Ille-et-Villaine. Le 18 juillet dernier, une fête a rassemblé 60 jeunes dans un gîte loué de la commune. Le 26 juillet, la Caisse primaire d’assurance-maladie effectue un signalement auprès de l’Agence régionale de santé de Bretagne car un des jeunes présents à cette soirée présente les symptômes du Covid-19.

Comme le rapporte Ouest-France, l’ARS a alors immédiatement lancé une campagne de recherche des autres personnes susceptibles d’avoir été contaminées par le virus lors de cette soirée. « Le contact-tracing et les tests élaborés sans délai ont révélé à ce jour, au total, 25 cas confirmés parmi les participants à cette soirée« , a assuré au quotidien régional l’Agence de santé. 

Selon l’ARS, les jeunes ayant participé à la fête se sont dispersés après cette soirée. Certains se trouvent à Rennes et dans ses environs et d’autres plus loin, en région parisienne. « Les investigations se poursuivent autour de ces cas confirmés afin d’identifier les contacts à risque de ces personnes et de casser les chaînes de transmission« .

L’ensemble des cas confirmés et contacts à risque isolés à leur domicile

Pour l’instant, aucun cas grave, nécessitant une hospitalisation, n’est à déplorer.  Selon l’ARS de Bretagne, « l’ensemble de ces cas confirmés et cas contacts à risque sont isolés à leur domicile, principalement en Bretagne et dans la région parisienne ». 

L’Agence régionale de santé tient à rappeler que les fêtes organisées entre jeunes cet été augmentent fortement le risque de propagation du virus. « Ces personnes ont une activité sociale forte et sont mobiles en cette période estivale, ce qui laisse légitimement craindre une dissémination du virus dans leur entourage et sur le territoire. Si l’ensemble des autres indicateurs (hospitalisation, réanimation) ne montre pas de dynamique à la hausse, c’est notamment en raison de la tranche d’âge aujourd’hui concernée par la contamination », prévient l’ARS. 

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source