30 décès en France, l’UE rouvre ses frontières à 15 pays


[Mise à jour le mardi 30 juin à 20h28] La pandémie de coronavirus poursuit son avancée sur le continent américain, en Chine et en Australie. Les pronostics se sont pas bons : les Etats-Unis s’attendent à 100 000 contaminations par jour si « la tendance de s’inverse pas ». l’Australie reconfine une partie de la population jusqu’à fin juillet. La situation est jugée « grave et complexe » à Pékin où un demi-million de personnes ont été également reconfinées. Dans le monde, 10,3 millions de personnes sont infectées par le nouveau coronavirus et plus de 507 000 personnes sont décédées, selon les statistiques de l’Université John Hopkins. La semaine a démarré par l’avertissement du directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus : « La pandémie de Covid-19 s’accélère, elle loin d’être finie », a t-il déclaré lundi. Elle s’accroît également en Inde et en Iran où les bilans des décès quotidiens continuent de grimper. En France, le bilan épidémiologique du ministère de la santé, mardi 30 juin, indique que « la situation épidémiologique est stable, (hormis en Guyane). Les autorités sanitaires restent particulièrement attentives à l’apparition de regroupements importants de cas ou d’un éventuel rebond. » Le nombre hebdomadaire de clusters signalés est stable : « 301 cas groupés depuis le 9 mai, dont 8 nouveaux, 171 clôturés depuis. » Une vaste campagne de dépistage du Covid-19 a démarré dans 32 communes d’Ile-de-France. Au 30 juin, 29 843 personnes sont mortes du Covid-19 en France et 164 260 personnes ont été testées positives. Conformément à l’annonce du ministre de la Santé, Olivier Véran, la semaine dernière, une grande campagne de dépistage va être lancée en Ile-de-France. L’Agence régionale de Santé a publié lundi 29 juin la liste des 32 communes concernées.

La France est déconfinée mais toujours en stade 3 de l’épidémie de coronavirus depuis le 14 mars puisque le virus circule sur tout le territoire et plus uniquement dans certaines régions et villes. Au 30 juin la France compte 164 260 cas positifs au coronavirus depuis le début de l’épidémie. Depuis le 13 mai 2020, le système SI-DEP (système d’information de dépistage) permet une estimation des nombres de cas confirmés en France à visée exhaustive. Les cas confirmés grâce au système SI-DEP sont pris en compte dans le total du nombre de cas. Le bilan de mardi 30 juin est de 8 536 personnes hospitalisées pour une infection COVID-19 et 152 nouvelles admissions ont été enregistrées en 24 heures. 602 malades atteints d’une forme sévère de COVID-19 sont hospitalisés en réanimation. 8 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation. Le solde reste négatif en réanimation, avec 17 malades de COVID-19 en moins par rapport à hier. Parmi les 104 620 patients ayant été hospitalisés depuis le 1er mars, l’âge médian des patients était de 72 ans et 54% étaient des hommes. Le nombre de reproduction (R0) au niveau de la France métropolitaine est de 0,92, indique Santé Publique France le 25 juin, et ne présente pas d’évolution depuis la semaine précédente. « L’indicateur reste significativement inférieur à 1, ce qui signifie qu’une personne infectée en contamine moins d’une autre et que par conséquent l’épidémie continue de régresser sur le territoire métropolitain. » Les régions Centre Val-de-Loire, Auvergne-Rhône-Alpes et Grand-Est ont des estimations légèrement supérieures à 1.

→ En France métropolitaine, le pic épidémique a été observé la semaine du 23-29 mars, soit une semaine après la mise en œuvre des mesures de confinement de la population générale, le 17 mars 2020. Le nombre le plus élevé de nouvelles hospitalisations pour COVID-19 a été observé au cours de la semaine du 30 mars au 5 avril.

Un risque de deuxième vague ? La commission d’enquête sur la gestion de l’épidémie du Covid-19 a auditionné le 18 juin les membres du conseil scientifique. Le président du Conseil scientifique, Jean-François Delfraissy a alors averti que « le risque d’une vraie deuxième vague doit être considéré« . Pour l’épidémiologiste Bruno Lina, également membre du Conseil Scientifique, le risque ne viendrait pas de la Chine : « Il y a beaucoup plus de virus en Amérique du Sud, en Afrique du Sud qu’en Chine donc pour moi c’est beaucoup plus là que se trouve le danger. Ce que nous dit la Chine c’est que c’est pas parce qu’on a eu une première vague qu’on ne peut pas en avoir une deuxième même quand il fait chaud, même quand c’est l’été. Le virus a une amplification qui joue en fonction de la saison, il diffuse moins bien l’été que l’hiver. Le virus en Chine c’est un signal, l’épidémie peut repartir chez nous comme elle est repartie dans d’autres endroits et il y vraiment un enjeu important pour maintenir un certain nombre de mesures barrières. » Sur la possibilité d’un reconfinement, le Pr Delfraissy a expliqué que cette perspective ne serait « ni souhaitable » vis-à-vis de l’économie, « ni acceptée » par la population.

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 20 juin 2020

Nombre incident de cas confirmés de COVID-19 par semaine, rapportés à Santé publique France, du 23 janvier au 20 juin 2020 © Santé Publique France

Le mardi 30 juin, le nombre de patients en réanimation est de 602 malades atteints d’une forme sévère de Covid-19. 8 nouveaux cas graves ont été admis en réanimation. Le solde reste négatif en réanimation, avec 17 malades de Covid-19 en moins par rapport à vendredi. En Outre-Mer (Guadeloupe, Guyane, La Réunion, Martinique, Mayotte), on relève 217 hospitalisations, dont 36 en réanimation. La situation épidémique en Guyane est jugée très préoccupante par les autorités sanitaires. Depuis le début de l’épidémie, 104 620 personnes ont été hospitalisées en France, dont 18 374 en réanimation. 75 999 personnes sont rentrées à domicile. 19 346 personnes sont décédées au sein des établissements hospitaliers et 10 497 en établissements sociaux et médico-sociaux. La carte des départements présentée le 28 mai et en vigueur à partir du 2 juin, classent les départements de la France en vert ou orange. Cette carte et son classement sont modifiés par décision du Président Emmanuel Macron : dès lundi 15 juin, tous les départements passent en vert, sauf Mayotte et la Guyane.

Mardi 30 juin, le bilan est de 8 536 personnes hospitalisées pour une infection au Covid-19, et 152 nouvelles admissions ont été enregistrées durant les dernières 24 heures. Le nombre de patients en réanimation est de : 602 patients mardi 30 juin.

Dans les établissements de santé, le gouvernement a activé plusieurs plans : 

  • La France applique le plan blanc élargi généralisé (plan de mobilisation interne) depuis le 19 mars, dans tous les établissements de santé (publics et privés), pour mettre en place rapidement des moyens matériel, logistiques et humains indispensables en cas d’afflux de patients dans les établissements hospitaliers. Les consultations et les hospitalisations non urgentes sont déprogrammées.
  • La France a déclenché le plan bleu dans les Ehpad (Etablissement Hébergeant des Personnes Âgées Dépendantes) le 6 mars. Le principe est le même que dans les hôpitaux : le chef d’établissement doit permettre « la mise en oeuvre rapide et cohérente des moyens indispensables pour faire face efficacement à une situation exceptionnelle« . Le plan bleu peut induire notamment « le confinement des résidents, usagers et personnels ; l’évacuation des résidents, usagers et personnels« .
  • La réserve sanitaire et la réserve civique (aide alimentaire d’urgence, garde exceptionnelle d’enfants, lien avec les personnes fragiles isolées, solidarité de proximité) sont aussi mobilisées. 

Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour covid-19

Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour covid-19
Nombre quotidien de personnes nouvellement hospitalisées pour covid-19 © Santé Publique France

Selon les chiffres communiqués par le gouvernement, consolidés avec l’Agence Santé Publique France et les ARS (Agences régionales de Santé), voici le nombre de personnes hospitalisées en France par région, celles en réanimation et celles qui sont guéries et ont pu rentrer chez elles. Pour l’instant, Santé Publique France ne publie plus le nombre de cas recensés par régions.

Nombre d’hospitalisations et de décès à l’hôpital à cause du coronavirus par régions de France (29 juin pour l’Ile-de-France, et au 26 juin 2020 pour les autres régions)
RégionsPersonnes hospitaliséesRéanimationsRetours à domicileDécès à l’hôpital
Île-de-France3 97630527 5087 431
Grand Est1 1775612 0393 556
Auvergne-Rhône-Alpes543307 6491 729
Hauts-de-France1 023676 2711 827
Bourgogne-Franche-Comté158123 8211 037
Provence-Alpes-Côte d’Azur568335 335943
Occitanie85112 864511
Bretagne9731 260259
Nouvelle-Aquitaine105122 152413
Normandie23381 626431
Centre Val-de-Loire426181 939545
Pays de la Loire16452 054467
Corse14124459
Martinique1458914
Guadeloupe828015
La Réunion2131361
Guyane1282131111
Mayotte36634927
TOTAL8 68861975 99919 325

 

En France métropolitaine et dans les DROM, les personnes les plus gravement touchées par cette épidémie restent les patients âgés de plus de 65 ans ainsi que les patients présentant des comorbidités. Au 30 juin, on compte 10 497 décès dans les établissements sociaux et médico-sociaux et Ehpad (Etablissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes) sur 29 843 en France. Après la décroissance observée depuis début avril, le nombre de signalements reste très faible depuis début mai. Le chef de l’Etat Emmanuel Macron a annoncé le 14 juin que les visites des proches (sans rendez-vous) étaient de nouveau autorisées. Selon les données du gouvernement, il y aurait 74 898 cas dont 37 995 cas confirmés par tests PCR dans plus de 7 000 établissements sociaux et médico-sociaux depuis le début de l’épidémie.

Le premier décès du coronavirus est survenu à Paris le 14 février, il s’agissait d’un patient chinois de 80 ans. Au 30 juin 2020, 29 843 décès sont liés au COVID 19 en France (30 en plus depuis hier) : 19 346 décès dans les hôpitaux et 10 497 décès dans les établissements sociaux et médicosociaux (ESMS). 54% sont des hommes.

Qui est le plus touché par cette pandémie ? Qui en meurt le plus ? A quel âge ? Les plus de 60 ans ou les personnes plus jeunes ? Les enfants sont-ils touchés ? Pour pouvoir mieux se protéger, il est important de connaître le profil des personnes à risque. Âge, sexe, facteurs de risque, comorbidités… Portrait-robot des victimes du Covid-19.

La France est déconfinée depuis le 11 mai 2020 (le confinement avait été instauré le 17 mars en France). Après une première phase de confinement étalée jusqu’au 2 juin basée sur un découpage de la France en départements rouges et verts, le Président Emmanuel Macron annonce que tout le territoire passe en zone verte, dès le 15 juin, sauf Mayotte et la Guyane. Le Premier ministre Edouard Philippe avait présenté la phase 2 du déconfinement le 28 mai. Cette phase a commencé le 2 juin et pris fin le 22 juin. La carte est désormais verte sauf Mayotte et la Guyane qui sont orange puisque les indicateurs épidémiques ne sont pas tous revenus au vert. 

→ Dans toutes les zones, restent interdits jusqu’au 21 juin : les rassemblements de plus de 10 personnes dans l’espace public (sauf les manifestations), les sports de contact, les discothèques, les stades et hippodromes. « Nous savons que le virus est particulièrement virulent dans les grands rassemblements et les milieux fermés. Tout ceci justifie que nous restions très vigilants » avait justifié Edouard Philippe. 

Quatre indicateurs sont désormais suivis :

  • l’incidence (nombre de personnes infectées sur une semaine sur 100 000 habitants),
  • le taux de positivité des tests PCR,
  • le R0 (il est aujourd’hui à 0,92 en France)
  • et le taux d’occupation des réanimations (qui reflète la saturation des hôpitaux). 

Edouard Philippe a rappelé sur Twitter que le lundi 22 juin marque « une étape de plus du déconfinement. Continuons collectivement à faire preuve de responsabilité en appliquant les gestes barrières, la distanciation physique et le port du masque aussi souvent que nécessaire ».

Sur le site du gouvernement est rappelé qu’à partir du lundi 22 juin :

 → L’ouverture des cinémas, des centres de vacances, des casinos et salles de jeux, dans le respect de règles sanitaires strictes.

 → La reprise des activités de sports collectifs, avec des mesures de prévention adaptées aux différentes catégories d’activités concernées.

 → L’école redevient obligatoire. La porte-parole du gouvernement Sibeth Ndiaye a appelé ce dimanche les parents « à avoir confiance dans l’institution de l’Éducation nationale. Tout est fait pour que leurs enfants soient accueillis en sécurité », a t-elle insisté sur France 3.

 → Les sports de combat restent interdits. Leur situation sera revue avant la rentrée de septembre.

 → S’agissant des conditions de travail en entreprise, le ministère du Travail et le ministère des Solidarités et de la Santé ont engagé l’actualisation et la simplification du protocole national et des protocoles particuliers. Après avis du Haut Conseil de la Santé Publique, les résultats de ces travaux seront présentés la semaine prochaine.

A partir du 11 juillet : fin de l’état d’urgence sanitaire sur le territoire métropolitain : les croisières fluviales seront de nouveau autorisées ; les stades et hippodromes seront ouverts au public, avec une jauge maximale de 5 000 personnes. Comme pour les salles de spectacle, les activités rassemblant plus de 1 500 personnes devront donner lieu à déclaration, afin que puissent être garanties le respect des précautions nécessaires ; la jauge maximale de 5 000 personnes pour les grands évènements, les stades et les salles de spectacle est en principe en vigueur jusqu’au 1er septembre. Un nouvel examen de la situation épidémiologique nationale sera réalisé mi-juillet pour décider si un assouplissement est possible pour la deuxième partie du mois d’août.

A partir du mois de septembre 2020 : sous réserve d’une nouvelle évaluation de la situation épidémiologique, la rentrée pourra être marquée par de nouveaux assouplissements : ouverture des établissements accueillants des foires, expositions et salons, ouverture des discothèques et des croisières maritimes internationales.

Comme il n’y a ni vaccin, ni médicament efficace contre le coronavirus, le meilleur moyen de s’en protéger – surtout depuis le déconfinement- est l’application de mesures barrière : respect de la distanciation physique minimale d’un mètre, réduction du nombre de nos contacts doivent être respectés par tous. Les personnes âgées ou atteintes de pathologies chroniques (atteintes respiratoire, cardiaque, obésité, diabète…) considérées comme des facteurs de risque de développer une forme grave de la maladie sont appelées à la plus grande prudence tant que le virus circule.

Si au début, on ne parlait que de fièvre, toux sèche, rhume, état grippal et de fatigue, les symptômes de l’infection par le coronavirus ont évolué. On sait désormais que le virus peut avoir des effets sur la peau, la sphère digestive et même le cerveau. Dès les premiers signes évocateurs de la maladie COVID-19, consultez votre médecin traitant ou un médecin de permanence afin qu’il puisse vous prescrire un test de recherche du virus (PCR) et respectez scrupuleusement l’isolement. « Les capacités de tests virologiques pour rechercher le virus de la maladie COVID-19 sont disponibles sur tout le territoire. Tout est fait pour tester rapidement, tracer les personnes contacts, isoler les porteurs du virus et mettre en quatorzaine leurs personnes contacts, prendre en charge de façon optimale les personnes malades » rappelle le ministère de la Santé dans le communiqué du 11 mai.

  • Si vous présentez des symptômes (toux, fièvre, mal de tête) : éviter les contacts, rester à domicile, prenez du paracétamol si besoin, appeler un médecin pour prendre rendez-vous dans l’éventualité qu’il vous fasse passer un test de dépistage. 
  • Appeler le 15 en cas de difficultés respiratoires : « Si cette toux et cette fièvre s’accompagnent d’une gêne respiratoire qui devient permanente avec souffle court, difficulté à inspirer et à expirer, d’une aggravation importante de la toux, cela peut signifier une évolution de la maladie sous la forme d’une pneumopathie. Il s’agit alors d’une urgence respiratoire potentielle et comme dans tous les cas d’urgence, il faut alors appeler le 15 qui prendra les meilleures dispositions pour répondre à la situation », prévient le Dr Patrick Aubé, médecin généraliste.

Le coronavirus Sars-CoV-2 fait encore de nombreuses victimes dans le monde. La pandémie a infecté plus de 10,3 millions de personnes (selon l’Université CSSE Johns Hopkins) et fait 507 014 morts. 188 pays et territoires sont touchés (sur les 198 pays comptabilisés dans le monde). Le pays le plus impacté en nombre de cas est les Etats-Unis (2,6 millions de cas et 126 360 morts), suivis par le Brésil (1,3 million de cas – 58 314 morts),  la Russie (646 929 cas – 9 306 morts), l’Inde (566 840 cas – 16 893 morts), le Royaume-Uni (313 470 cas-43 660 morts), le Pérou (282 365 cas-9 504 morts), et le Chili (275 999 cas – 5 575 morts).

Courbe du nombre de nouveaux cas de Covid-19 par jour dans le monde entre le 22 janvier et le 23 juin 2020.

courbe nombre nouveaux cas covid-19 monde
Courbe du nombre de nouveaux cas de Covid-19 dans le monde du 22 janvier au 23 juin 2020 © Université John Hopkins

Une carte interactive montrant l’évolution de l’épidémie de coronavirus dans le monde en temps réel a été mise au point par l’éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Basée sur des données du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l’Université Johns Hopkins et de DXY, cette carte permet de suivre la progression du nombre de personnes infectées rapportées par les agences gouvernementales, ainsi que le nombre de décès.

Combien de décès à cause du coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE MORTS DU CORONAVIRUS DANS LES 30 PAYS LES PLUS TOUCHES. Mardi 30 juin à 19h30

PAYSNOMBRE DE MORTS
Etats-Unis126 360
Brésil58 314
Royaume-Uni 43 815
Italie 34 767
France29 816
Espagne28 355
Mexique27 121
Inde16 893
Iran10 817
Belgique9 747
Allemagne8 982
Russie9 306
Pérou9 504
Canada8 646
Pays-Bas6 132
Chili5 688
Suède5 333
Turquie5 131
Chine4 641
Equateur4 502
Pakistan4 304
Colombie3 376
Egypte2 872
Indonésie2 876
Afrique du Sud2 529
Suisse1 963
Bangladesh1 847
Irlande1 735
Roumanie1 651
Portugal1 576
Autres42 204
TOTAL507 014

 Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Combien de cas de coronavirus dans le monde ?

NOMBRE DE CAS CONFIRMÉS ET PRÉSUMÉS POSITIFS AU CORONAVIRUS DANS LES 20 PAYS LES PLUS TOUCHÉS. Mardi 30 juin à 19h35

PAYSCAS CONFIRMES DE CORONAVIRUSNOMBRE D’HABITANTS DANS LE PAYS (en millions)
 Etats-Unis
2 606 211
327,2 
Brésil
1 368 195
211.7
Russie
646 929
144.5
Inde
566 840
1 353
Royaume-Uni
314 159
66
Pérou
282 365
31.9
Chili
279 393
18.73
Espagne
249 271
47
Italie
240 578
60,5
Iran
227 662
81
Mexique
220 657
126,2
France
201 522
67
Pakistan
209 337
212.2
Allemagne
195 418
83
Turquie
199 906
83
Arabie Saoudite
190 823
33.7
Bangladesh
145 483
161,4
Afrique du Sud
144 264
57.8
Canada
105 920
37.5
Qatar
96 088
2.7
Autres pays2 591 810 
TOTAL10 302 867 

 

> Voir le nombre de cas dans d’autres pays 

Sources : Université John HopkinsWHOCDCECDCNHC and DXY.

Dans une allocution prononcée le 14 juin, le président de la République Emmanuel Macron a annoncé la possibilité de se déplacer entre les pays européens depuis le 15 juin, et à partir du 1er juillet de se rendre dans les Etats hors d’Europe, où l’épidémie sera maîtrisée, Jusqu’au 15 juin, les frontières de l’Europe restaient fermées. La Belgique avait pris les devant, en annonçant rouvrir ses frontières avec ses voisins européens le 15 juin, tandis que l’Italie a rouvert ses frontières ce 3 juin. L’Espagne avance au 21 juin la réouverture de ses frontières avec les pays de l’Union Européenne (dont la France) sauf avec le Portugal qui rouvrira le 1er juillet. Quant à la France, elle a ouvert ses frontières à compter du 15 juin « sans quatorzaine pour les voyageurs en provenance de pays européens ». Par ailleurs, la fin de l’interdiction des 100 km en France « ne doit pas signifier un relâchement de la tension, vous pouvez vous déplacer mais dans toute la mesure du possible, si vous pouvez différer un déplacement lointain c’est probablement plus raisonnable » a insisté Edouard Philippe. Pour rappel, le président de la République avait annoncé le 16 mars la fermeture des frontières de l’Europe et de l’espace Schengen. 

La Chine connait une recrudescence de cas confirmés : Les autorités sanitaires chinoises ont indiqué mardi avoir recensé 19 nouveaux cas confirmés de contamination au coronavirus au cours des 24 dernières heures, dont 7 dans la capitale Pékin. La Chine avait confiné dimanche près d’un demi-million de personnes dans cette ville, touchée depuis mi-juin par un rebond de Covid-19. « La situation épidémique dans la capitale est grave et complexe « , a indiqué Xu Hejian, porte-parole de la ville de Pékin. Concernant les voyages en Chine, en raison de la suspension de la délivrance des visas par les autorités chinoises et de la raréfaction des vols, il est actuellement très difficile de se rendre dans le pays. Les frontières sont toujours fermées. Tout arrivée en provenance de l’étranger fait l’objet d’une mise en quarantaine pour une période de 14 jours dans un lieu désigné par les autorités locales. Les autorités chinoises recommandent fortement la réalisation d’un test au Covid-19 dans le pays de départ avant tout embarquement. Toute personne souhaitant quitter Pékin doit présenter un certificat négatif de test PCR Covid-19. Le gouvernement chinois impose le port du masque dans tous les lieux publics. Tout refus de se soumettre aux dispositions sanitaires légales chinoises (prise de température, test, quarantaine, soins hospitaliers) de la part des ressortissants étrangers peut entraîner l’expulsion du territoire chinois accompagnée d’une interdiction d’entrée en Chine de 5 à 10 ans, rappelle le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué mis à jour le 23 juin.

En Italie, mardi 30 juin, 23 nouveaux décès sont enregistrés au cours de ces dernières 24 heures. Le bilan dans le pays est de 34.767 morts au total depuis le début de l’épidémie (plus que la France). Le nombre total de cas recensés est de 240 578. L’armée a été envoyée le 25 juin pour sécuriser et verrouiller une « zone rouge » près de Naples où une cinquantaine de résidents étrangers contaminés par le coronavirus ont tenté de fuir leur confinement forcé. Près de 700 personnes, pour la plupart des ressortissants bulgares, vivant à Mondragone au nord de Naples, avaient reçu lundi 22 juin l’ordre de se confiner sur leur lieu de résidence, des HLM de la municipalité après une campagne de dépistage pour le coronavirus. 

L’Italie a rouvert ses frontières le 3 juin et accueille désormais les touristes européens sans mise en quarantaine obligatoire et sans attestation. De nombreuses liaisons aériennes vers et au départ de l’Italie ont été suspendues, mais à ce stade les compagnies Alitalia et Air France opèrent entre la France et l’Italie au départ de Rome Fiumicino. Des vols intérieurs sont aussi assurés. Il est conseillé de consulter directement le site de l’aéroport de Fiumicino. Le trafic ferroviaire a également repris entre Paris-Turin-Milan et Marseille-Nice-Milan et des TER circulent entre Vintimille et Menton. Des mesures de distanciation physique doivent toutefois être respectées à bord des gondoles notamment. Il est autorisé de circuler entre les régions mais les grands rassemblements sont toujours interdits. Les établissements scolaires rouvriront le 14 septembre, avec  une série de mesures de distanciation sociale et une « sécurité maximale », a indiqué  le Premier ministre Giuseppe Conte, le 26 juin. Rappelons que le pays avait été confiné le lundi 9 mars. Le pic de l’épidémie aurait été atteint le 5 avril.

Au 30 juin, l’Espagne enregistre 9 nouveaux décès des suites du coronavirus portant le bilan total des décès dans le pays à 28 355, un peu moins que la France. 301 nouveaux cas de contamination au coronavirus sont recensés le 30 juin, contre 200 la veille, portant le bilan total à 249 271 cas, selon les données publiées par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins. Madrid n’enregistre aucun décès lié au Covid-19, le 27 juin, pour la première fois depuis des mois. Une « Excellente nouvelle« , écrit la présidente de la région Isabel Ayuso sur Twitter : « Hier (27 juin) a marqué le premier jour où Madrid n’a enregistré aucun décès dû à Covid-19. » Les autorités sanitaires surveillent trois clusters de près : en Aragon, dans le nord-est, 250 cas ont été détectés, parmi des travailleurs saisonniers présents pour la récolte des fruits. À Malaga, 89 cas ont été découverts dans un centre d’accueil de la Croix-Rouge. Le troisième foyer, moins important, se trouve dans la région de Cantabrie, sur l’Atlantique.

Depuis le 21 juin : aucune limitation à l’entrée sur le territoire espagnol ni mise en quarantaine n’est en vigueur. Cependant, le port du masque est obligatoire pour toute personne de plus de 6 ans, dans les espaces publics ou dans les lieux recevant du public, y compris les hôtels et les commerces, lorsqu’une distance d’un mètre cinquante ne peut être respectée entre deux personnes ; le port du masque est obligatoire dans les véhicules, si les passagers ne résident pas dans le même foyer. Les contrevenants qui ne respectent pas cette règle pourront se voir délivrer une amende de 100 euros. A noter que les écoles sont fermées jusqu’en septembre.

Autres actualités liées au coronavirus : 

DATES CLÉS DE L’ÉPIDÉMIE
  • Le 31 décembre 2019, l’Organisation mondiale de la Santé en Chine est informée de plusieurs cas de pneumonies dans la ville de Wuhan. 44 personnes sont infectées entre cette date et le 3 janvier 2020.
  • Le 7 janvier 2020, les autorités chinoises identifient un « nouveau type de coronavirus ».
  • Le 13 janvier, un cas importé est recensé en Thaïlande.
  • Le 15 janvier, le virus cause la mort d’une première personne à Wuhan, un homme de 69 ans. 
  • Le 23 janvier, trois villes chinoises dont Wuhan sont placées en quarantaine.
  • Le 25 janvier, trois personnes contaminées sont recensées en France, deux à Paris et une Bordeaux. Ce sont les premiers cas enregistrés sur le continent européen.
  • Le 30 janvier, l’Organisation mondiale de la Santé décrète l’urgence de santé mondiale. Cette mesure n’avait été décrétée que 5 fois depuis sa création (pour Ebola (deux fois), la grippe H1N1, Zika et la poliomyélite). 
  • Le 23 février, la France déclenche le plan ORSAN, un dispositif exceptionnel d’organisation des soins.
  • Le 28 février, la France passe en stade 2 de l’épidémie.
  • Le 11 mars, l’OMS classifie de pandémie la diffusion de la maladie à coronavirus Covid-19 dans le monde.
  • Le 12 mars, le président de la République Emmanuel Macron annonce la fermeture nationale des crèches et établissements scolaires de France à compter du 16 mars et « jusqu’à nouvel ordre ».
  • Le 13 mars, l’OMS désigne désormais l’Europe comme épicentre.
  • Le 14 mars, la France passe au stade 3 de l’épidémie.
  • Le 16 mars, l’Europe ferme ses frontières ainsi que celles de l’espace Schengen. La France met en place un dispositif de confinement interdisant les déplacements.
  • Le 18 mars le premier transfert de patients Covid-19 en France est réalisé grâce à l’Armée, par voie terrestre et aérienne. 
  • Le 20 mars, plusieurs villes françaises, dont Nice, Montpellier, Perpignan, Arras… imposent un couvre-feu le soir et la nuit.
  • Le 26 mars, un premier cas jeune meurt en France, une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France originaire de Morsang-sur-Orge.
  • Le 27 mars, le confinement de la population française est renouvelé jusqu’au 15 avril.
  • Le 2 avril, le million de cas de coronavirus dans le monde est dépassé, et plus de 51.000 morts, selon le décompte de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 13 avril, Emmanuel Macron annonce le prolongement du confinement jusqu’au 11 mai.
  • Le 15 avril, le cap des 2 millions de cas de coronavirus dans le monde est franchi, et près de 129 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 27 avril, 3 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 208 000 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 avril, le gouvernement français présente son plan de déconfinement valable à partir du 11 mai.
  • Le 11 mai, la France commence son déconfinement.
  • Le 21 mai, 5 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 329 800 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 mai, le Premier ministre Edouard Philippe annonce les mesures de la phase 2 du déconfinement en France en vigueur du 2 au 22 juin.
  • Le 31 mai, 6 millions de cas de coronavirus sont répertoriés dans le monde, et plus de 369 244 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 7 juin, le cap des 400 000 morts est franchi (400 792) dans le monde et près de 7 millions de cas (6 944 916), selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 15 juin, toute la France passe en zone verte, sauf Mayotte et la Guyane. A Paris, les restaurants et bars peuvent rouvrir complètement.
  • Le 22 juin, les écoles sont de nouveaux obligatoires en France pour tous les élèves. Les cinémas, salles de jeux, casinos rouvrent. Les sports collectifs peuvent être autorisés tout en respectant certaines conditions sanitaires.
  • Le 22 juin, le cap des 9 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et plus de 469 120 décès, selon les chiffres données par l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.
  • Le 28 juin, le cap des 10 millions de cas de coronavirus est franchi dans le monde, et les 500 000 décès ont été atteints dans la nuit du 28 au 29 juin 2020, selon les chiffres de l’hôpital américain de référence Johns-Hopkins.

Cet article est mis à jour quotidiennement par Aurélie Blaize, Anaïs Thiébaux et Samantha Pagès





Source