« 60 à 70% de la population doit être vaccinée », estime un médecin

Le coronavirus continue de circuler et ses mutations inquiètent. L’Espagne est à son tour atteinte par le variant britannique avec quatre premiers cas confirmés à Madrid. De son côté, Emmanuel Macron a appelé à redoubler de vigilance car cette mutation rendrait le virus plus contagieux.

Des propos confirmés par Benjamin Davido, médecin infectiologue à l’hôpital Raymond-Poincaré, à Garches, dans les Hauts-de-Seine. « Les données issues de nos collègues en Angleterre montre que le R0 a augmenté de 0,4 en moyenne« , explique l’infectiologue. En France, ce taux est de 0,96 alors que les autorités veulent la maintenir inférieure à 1 pour pouvoir contrôler l’épidémie. Benjamin Davido alerte : « si ce variant minoritaire arrive dans notre pays et prend une place prépondérante dans les souches de circulation, il y aura une augmentation de cas quotidiens, bien loin des 5.000 cas par jour. »

La France est en deuxième position européenne dans la lutte contre le coronavirus, juste après l’Irlande. « Nous sommes donc un peu mieux protégé car nous avons su mettre en place le confinement nocturne puis un confinement global alors que d’autres pays ne le décident que maintenant », poursuit le médecin. Il rappelle également que « plusieurs facteurs nous échappent » et qu’il n’est pas exclu que « des variants minoritaires du virus plus transmissibles et plus silencieux circulent » car les personnes atteintes sont asymptomatiques. 

Le froid, facteur de circulation du virus

« Lorsqu’il fait très froid, les particules virales restent plus longtemps en suspension », explique Benjamin Davido. L’hiver fait ainsi perdre le pas d’avance sur le virus que la France avait réussi à gagner cet été. Pourtant, dire que le réchauffement climatique nous protégerait contre le coronavirus est une « mauvaise vue d’esprit », selon le médecin, même si on peut s’attendre à ce que l’effet de la baisse des températures et d’un hiver extrêmement rude favoriserait la transmission du virus.

Cette variante est la neuvième repérée chez la Covid-19. Ce type de virus est pourtant connu pour relativement peu muter. Il faudrait plusieurs milliers de mutations pour que le vaccin soit inefficace. Selon le scénario le plus pessimiste imaginé par Benjamin Davido, le sérum développé par Pfizer-BioNTech passerait de 95% à 80% d’efficacité, ce qui n’entacherait en rien l’efficacité vaccinale de la population.

Le vrai problème, selon l’infectiologue, est la réticence des Français à se faire vacciner. Ils sont seulement 40% aujourd’hui. « Si on n’atteint pas un chiffre suffisant de l’ordre de 60 à 70% de la population, il n’y aura pas cet effet de bouclier, protecteur. Ainsi, d’autres variants pourraient apparaître dans les mois à venir », s’inquiète Benjamin Davido.

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source