Aperçu de Beyond a Steel Sky sur PC


Déjà aperçu lors de notre passage à la gamescom 2019, Beyond a Steel Sky nous avait déjà charmés. Nous avons pu cette fois-ci vraiment y jouer pendant un peu plus de deux heures, et découvrir l’introduction du soft. Indéniablement, le titre développé par Revolution Software sous la houlette de Charles Cecil et Dave Gibbons – respectivement créateur de Broken Sword et dessinateur sur le légendaire Watchmen -, semble se diriger vers un titre plaisant comme captivant, même si on veut en voir plus que ça.

Conditions d’aperçu : Nous avons pu jouer les deux premières heures de Beyond a Steel Sky. Le titre a été testé sur PC avec 16 Go de RAM, une GTX 1070 et un i5 cadencé à 3.8 GHz.

Une narration qui donne envie d’en voir plus !

Sur cette démo qui a duré de notre côté un peu plus de deux heures, nous avons en fait pu voir la même chose que lors de notre preview à la gamescom 2019, ainsi qu’un niveau en plus se situant dans la ville d’Union City. Nous avons pu apercevoir en premier lieu une cinématique, qui fera sûrement office d’introduction au titre de Revolution Software.

Sans surprise, le titre nous fera prendre à nouveau le contrôle de Robert Foster. Ce dernier, voit le fils de son ami Max nommé Milo, se faire enlever au début du jeu. Le bougre se fait enlever par de mystérieux individus, dont on devra certainement connaître l’identité au fil du jeu.

On a clairement hâte de découvrir dans la version finale de Beyond a Steel Sky tous les tenants et aboutissants de sa narration, prometteuse. Si on demande à en voir plus sur l’aspect rigolo des dialogues, force est de constater que le tout semble pas trop mal écrit, du moins sur son prologue.

Par contre, on attend aussi de voir à quel degré les choix des dialogues influeront sur les destins de certains protagonistes. En tout cas, on retrouve néanmoins des personnages hauts en couleur qui peuvent s’avérer intéressants, et il faut dire que l’approche nous fait penser plus ou moins à un jeu Telltale.

Bref, du côté de la direction artistique, et comme nous avons pu aussi le constater, Beyond a Steel Sky nous proposera des graphismes entre le comics et le cel-shading. Pour le moment, il semble que cela fonctionne bien, et le tout nous a paru encore une fois très accrocheur pour notre rétine. On restera juste prudent sur l’aspect technique qui est parfois inégal mais au-delà de ça, le titre apparaît franchement joli à première vue.

Nous ne prendrons toutefois pas en compte la stabilité et le côté purement technique de la démo que nous avons pu tester. Effectivement, nous étions sur une démo loin d’être finalisée, et le studio est conscient d’avoir encore des aspects à corriger. Gageons tout de même que tout cela sera affiné d’ici la version finale entre les bugs de personnages qui lévitaient, certaines animations faciales buguées, des musiques ou bruitages manquants, voire des animations pas terminées.

Un gameplay à l’ancienne qui doit encore prouver sur la longueur

Beyond a Steel Sky gameplay

Comme évoqué dans notre précédente preview, Beyond a Steel Sky nous plongera dans un jeu d’aventure avec des éléments point’n’click, et narratifs évidemment. Dans cette démo, nous avons pu de nouveau visiter la même zone que dans la dernière build de la gamescom 2019, avec la possibilité d’aller juste un tout petit peu plus loin, soit dans la ville d’Union City même.

Sur ce second ressenti manette en main cette fois-ci, notre protagoniste se manipulait plutôt bien. Les interactions étaient nombreuses avec les décors, et nous pouvions ramasser évidemment quelques objets qui seront utilisables pour résoudre certains puzzles. Cela nous permettait par exemple de récupérer un autre objet du bec d’un oiseau, voire de faire fuir un groupe d’oiseaux pour passer. On notera aussi un système d’inventaire classique des point’n’click, qui paraissait plutôt ergonomique sur cette preview.

Globalement, le titre nous forcera à réfléchir pour continuer notre progression, ce qui est le principe même d’un point’n’click. C’est franchement appréciable de retrouver un point’n’click à l’ancienne comme celui-ci, et on ressent indéniablement la patte Charles Cecil, qui s’est aussi pour le coup pas trop mal inspiré de sa licence fétiche qu’est Broken Sword, voire des anciens jeux Telltale Games, dont Sam & Max pour ne citer que lui.

D’ailleurs, le titre nous donnait la possibilité d’utiliser aussi un gadget nommé le linc hacking. Ce joujou nous permettait de hacker certains éléments du décor et les utiliser à votre avantage pour résoudre divers puzzles. Nous n’avons pas pu encore le voir en profondeur sur cette démo, mais on espère qu’il sera exploité à bon escient et que la difficulté montera plus crescendo dans la version finale.

Pour le reste enfin, et en dépit de quelques petits soucis de précision ou de réactivité quand il s’agit d’interagir avec tel décor, il y a aussi des séquences de dialogues. Concrètement, ce sera le cœur principal du jeu. En effet, nous devions dans la démo parler à un maximum de gens pour récolter diverses informations, voire des indices précieux pour nous donner une indication sur quoi faire précisément.

On aura donc un cheminement à la manière d’un point’n’click old school, ce qui fait vachement plaisir et qui ne court plus trop les rues ces temps-ci. On comptera aussi diverses phases d’analyse d’un appartement, où nous devions ensuite répondre avec exactitude aux questions d’un personnage. Effectivement, notre but était ici de se faire passer pour quelqu’un d’autre sans éveiller de soupçons.

En clair, on prie pour avoir pas mal de situations variées dans ce Beyond a Steel Sky, qui devrait ravir à la fois les fans de point’n’click, et de narration à la façon d’un Telltale.



Source