Ce lapin star sur Instagram est l’un des rares à ne pas avoir de poil



Publié le 28/04/2020 à 18h36



Ecrit par Norman Bougé
dans la catégorie Actualités

































Bigglesworth est une exception : il est l’un des rares lapins sans poil à avoir survécu à sa particularité génétique. Il aide aussi sa famille à récolter des fonds pour la cause animale.


En Australie, un éleveur de lapins avait publié une annonce sur Facebook où il proposait des lapereaux à la vente. En découvrant cette publication, Cassandra Hall, qui avait déjà une lapine, s’est attardée sur une mention en particulier, dans laquelle il était question d’un lapin sans poil au sein de la portée, et qui n’était pas à vendre. Elle a contacté l’éleveur et demandé à voir des photos du jeune lagomorphe chauve. Il lui en a envoyé quelques-unes en lui précisant qu’il était prêt à lui donner l’animal gratuitement.


Le lendemain, elle est partie chercher le lapin « nu ». Elle l’a appelé Bigglesworth, en référence au chat Sphynx du docteur Denfer dans la trilogie Austin Powers. Cassandra Hall a ensuite effectué des recherches sur Internet à propos des lapins chauves, mais elle n’a rien trouvé. Elle a alors posté des photos de Bigglesworth sur le compte Instagram qu’elle consacrait à sa lapine, Miss Cinnamon Bun, dans l’espoir que d’autres propriétaires de léporidés sans poil se manifestent.




Au bout de quelques jours, des messages ont effectivement commencé à lui parvenir. Elle a ainsi appris que si 2 lapins possédaient le gène « Ff » (gène sans poil), ils produiraient un lapereau chauve au sein de chaque portée. Hélas, la plupart meurent avant d’atteindre l’âge de 4 semaines.



Mais Bigglesworth, lui, a bien grandi et il est en bonne santé. La seule différence avec ses congénères, c’est qu’il a tendance à consommer de plus grandes quantités de nourriture. Il est vu par le vétérinaire 2 fois par an et doit être protégé en portant des vêtements sur mesure.



Cassandra Hall explique qu’elle le garde toujours à l’intérieur de la maison. Sa principale crainte à l’extérieur est liée au calicivirus, transmis par les moustiques et responsable d’une maladie fatale pour les lapins.



« S’il a froid, il tremble comme un humain. Au toucher, sa peau est comme celle d’un bébé. Elle est très douce. S’il se gratte, nous appliquons une pommade à base d’Asiminier trilobé. Nous lui avons appris à utiliser la litière », raconte-t-elle à Bored Panda. Elle rapporte également que lorsqu’on l’appelle par son nom, il obéit et vient immédiatement.



Par ailleurs, il aide sa famille à récolter des fonds pour la cause animale. Récemment, il est apparu dans de courtes vidéos ayant permis de soutenir financièrement des centres de préservation d’animaux sauvages, ces derniers ayant énormément souffert des feux de forêt en Australie.


Cassandra Hall l’emmène aussi dans les écoles de la région, où elle sensibilise les enfants au problème du harcèlement en milieu scolaire.

A lire aussi : « Nourrir un lapin « 


Bigglesworth est donc un lapin heureux malgré sa particularité. Il est aussi une source d’inspiration et prouve que la différence est aussi une force.


















Source