Couvre-feu : première nuit à Paris


Dans la capitale, l’heure du couvre-feu a sonné à 21 heures. Les trottoirs se vident et la ville lumière plonge tout doucement dans le silence. Les Champs-Élysées sont méconnaissables ; seuls les taxis et les livreurs arpentent l’avenue la plus célèbre du monde. « Ça change un peu, c’est parfait. Je vais pouvoir faire une livraison rapidement« , se réjouit, samedi 17 octobre, un livreur en scooter sur l’avenue.

Les restaurants s’y étaient préparés en ouvrant dès 18 heures. « Normalement je n’arrive pas à cette heure-là au restaurant, ça fait un peu bizarre« , témoigne une cliente. Peu avant 21 heures, les rideaux des restaurants ont été tirés et les derniers spectateurs des pièces de théâtre ne pourront pas prolonger la soirée. « J’avoue que le fait de devoir rentrer aussi tôt après est un peu frustrant, on irait bien boire un verre« , témoigne une spectatrice. D’autres ont dû annuler leur réservation au restaurant.

Le JT

Les autres sujets du JT



Source