elle s’était préparée à « dix ans de prison »

Penelope Fillon est « infiniment meurtrie » par les « insultes » qu’elle a subies. Si elle a été condamnée à trois ans de prison avec sursis pour « complicité et recel de détournement de fonds publics », l’épouse de François Fillon s’était préparée à écoper de dix ans de prison.

Alors que Penelope Fillon a été jugée coupable de « complicité et recel de détournement de fonds publics » et de « complicité et recel d’abus de bien sociaux et recel d’escroquerie aggravée » le 29 juin, son moral est sérieusement atteint. « Cette affaire l’a profondément marquée« , a déclaré l’avocat des époux Fillon, Antonin Lévy, à BFM TV. Et de préciser : « Elle a été infiniment meurtrie par les remarques qui ont pu être faites la concernant, par les insultes qu’elle a pu recevoir« .
Si l’épouse de François Fillon a été particulièrement éprouvée par le verdict, le choc a été tout de même amorti, puisque Penelope Fillon s’était mentalement préparée au pire. « On m’a dit que je pouvais encourir dix ans de prison. Je me prépare à cette éventualité. J’ai ça en tête. Ce qui signifie que tout ce qui arrivera en moins, ce sera ça de gagné« , avait-elle confié avant que le jugement ne soit rendu, auprès de Tugdual Denis, auteur de l’ouvrage La Vérité sur le mystère Fillon

François et Penelope Fillon, jugés coupables : ils font appel

François et Penelope Fillon sont fixés sur leur sort : ils ont été déclarés coupables de « détournement de fonds publics » et « complicité d’abus de bien social » dans l’affaire des emplois fictifs. Alors que le jugement devait être repoussé, il a finalement bien été rendu le 29 juin par le tribunal correctionnel de Paris.

La justice a considéré que la rémunération de Penelope Fillon, lorsqu’elle occupait le poste d’assistante parlementaire de son époux, « absorbait le maximum possible et était sans proportion avec ses activités« , selon Jeanmarcmorandini.com. La présidente du tribunal aurait également déclaré : « Rien n’aurait pu justifier la rémunération perçue« . L’ancien Premier ministre a été condamné en première instance à 5 ans de prison, dont 3 avec sursis, et à 375 000 euros d’amende, assortie d’une peine de dix ans d’inéligibilité. Quant à son épouse, elle écope de 3 ans de prison avec sursis et de 2 ans d’inéligibilité.

Les avocats de la défense ont déclaré que François et Penelope Fillon allaient faire appel de la décision. « Cette décision qui n’est pas juste va être frappé d’appel. Il y aura un nouveau procès« , a déclaré Antonin Lévy, avocat de François Fillon.

Penelope et François Fillon : un imprévu qui n’a pas joué en leur faveur

Le jugement n’a finalement pas été reporté. Pourtant, Eliane Houlette, procureure nationale financière avait déclaré quelques jours plus tôt avoir subi des « pressions«  de la part du parquet général durant l’enquête sur le « Penelopegate ». Le temps que cette situation soit tirée au clair, le jugement aurait dû être retardé à la demande des avocats de la défense. Ceux-ci estimaient que les aveux d’Eliane Houlette penchaient en faveur de François Fillon, qui avait crié au complot depuis le début de l’affaire.

Un énième coup de théâtre qui ne rassurait pourtant pas Penelope Fillon. Celle-ci était tout bonnement « morte de trouille« , si l’on en croit Valeurs Actuelles

Penelope Fillon, soutenue par ses enfants

Pour traverser l’épreuve, Penelope Fillon se repose sur les siens. « Les Fillon sont claniques« , a détaillé la communicante Anne Méaux, chargée de la campagne présidentielle de François Fillon, auprès de Valeurs Actuelles.

Ses enfants, Marie, 38 ans, Charles, 36 ans, Antoine, 34 ans, Edouard, 30 ans, et Arnaud, 19 ans,  étaient d’ailleurs tous présents pour assister au dernier jour du procès, en mars.

La famille Fillon, indestructible ?

Ne dit-on pas que l’union fait la force ?  Cela semblait être le cas (jusqu’à présent) pour le clan Fillon, soudé jusqu’au bout. « Pour se reconstruire, il faut avoir été détruit. Ce que certains ont essayé de faire sans jamais y parvenir, butant sur la solidité de la famille« , a lâché l’avocat de François Fillon, Antonin Lévy. 

Quant au fils aîné des Fillon, Charles, qui est avocat de profession, il ne se sent pas estropié par les démêlés judiciaires de ses parents et a déclaré, toujours auprès de Valeurs Actuelles : « Je n’éprouve pas le besoin de me reconstruire par rapport à ces dernières années. J’en suis assez indifférent. Ce qui est plus compliqué en revanche, c’est pour les parents, qui culpabilisent de nous avoir imposé cela. Mais je n’en veux absolument pas à papa« .

Dernièrement, l’ancien Premier ministre aurait secrètement déjeuné avec Edouard Philippe, selon les informations du Figaro. Un rendez-vous mystérieux qui « ne figurait pas à l’agenda de l’actuel Premier ministre« . Nul ne sait si les deux hommes ont parlé du procès ou d’un éventuel retour en politique de François Fillon… qui pourrait bien être avorté par la peine de dix ans d’inéligibilité décidée par le tribunal.



Source