Gérard Depardieu, accusé de viol : rebondissements dans l’enquête

Gérard Depardieu est visé par des accusations de viol d’une comédienne d’une vingtaine d’années. Après avoir initialement classé sans suite la procédure, le parquet de Paris a demandé à un juge d’instruction la reprise des investigations…

Nouveau rebondissement dans l’affaire Gérard Depardieu. Un an après le classement sans suite d’une plainte pour viol à l’encontre de l’acteur, le parquet de Paris a demandé à un juge d’instruction d’enquêter sur les accusations, a appris l’AFP auprès du ministère public ce 1er août 2020. 
D’après la plaignante, une comédienne d’une vingtaine d’années, les faits auraient eu lieu dans l’hôtel particulier de l’acteur, dans le 6e arrondissement de Paris, les 7 et 13 août 2018. La jeune femme aurait fréquenté l’acteur de 71 ans, ami de son père, dans le cadre d’une collaboration professionnelle.

Une première plainte classée sans suite

Après avoir porté plainte à la fin du même mois auprès de la gendarmerie de Lambesc (Bouches-du-Rhône), la jeune femme avait vu l‘enquête préliminaire classée sans suite par le ministère public en juin 2019, qui expliquait que « les nombreuses investigations réalisées » n’avaient « pas permis de caractériser les infractions dénoncées dans tous leurs éléments constitutifs ».

L’enquête, préalablement confiée au parquet d’Aix-en-Provence, avait été transférée au parquet de Paris, qui avait confié les investigations au 3e district de la police judiciaire (DPJ).

Entendu par la police en audition libre, Gérard Depardieu, qui conteste les accusations, n’avait été ni mis en examen ni poursuivi.

Gérard Depardieu : le parquet de Paris demande une enquête

Loin de baisser les bras, la dénonciatrice avait relancé les investigations en déposant une plainte avec constitution de partie civile. Une procédure qui permet, dans la majorité des cas, l’ouverture d’une information judiciaire et la désignation d’un magistrat instructeur.

Vendredi 31 juillet, le parquet de Paris a ainsi pris des réquisitions aux fins d’information du chef de viol. C’est désormais au juge d’instruction de décider, ou non, de lancer les investigations. Contacté par l’AFP, l’avocat de Gérard Depardieu, Me Hervé Témime, n’a pas souhaité réagir.



Source