Johnny Depp épinglé pour consommation de drogue

En pleine affaire juridique contre le magazine à scandale ‘The Sun’, Johnny Depp est accusé d’avoir dissimulé un élément capital pour son dossier. Il s’agirait d’anciens messages téléphoniques entre l’acteur et son assistant, dans lesquels il lui aurait demandé de se procurer de la drogue.

La bataille juridique entre Johnny Depp et le tabloïd britannique The Sun fait rage. Depuis 2016, l’acteur américain est en guerre contre le magazine à scandale, pour l’avoir qualifié dans ses pages d’ homme qui bat sa femme » après sa séparation houleuse avec Amber Heard. Malheureusement, la star de Pirate des Caraïbes pourrait se trouver dans une position délicate. Selon les informations de Variety, un tribunal britannique a jugé le 29 juin que Johnny Depp avait enfreint une ordonnance du tribunal pour avoir omis de divulguer des messages dans lesquels il essayerait de se procurer de la drogue.

Johnny Depp, accusé d’avoir dissimulé des éléments compromettants

Ces messages, que l’avocat du Sun surnomment les « textos australiens de la drogue« , auraient été échangés entre Johnny Depp et son assistant Nathan Holmes, entre fin février et début mars 2015. La star de Charlie et la Chocolaterie séjournait alors en Australie avec son épouse Amber Heard, et un conflit violent aurait éclaté entre les deux partenaires. Amber Heard avait alors décrit « une épreuve de trois jours d’agressions physiques« , pendant laquelle Johnny Depp aurait été sous l’emprise d’ecstasy et d’alcool.

La défense a donc avancé que les messages – qui font référence à des « pilules de bonheur » ou des « trucs blancs » – montraient bien que l’acteur américain avait tenté de se procurer des drogues à l’époque.

Johnny Depp, adepte des « pilules du bonheur » ?

Johnny Depp a automatiquement nié les allégations sur la prise de drogues. Son avocat, David Sherborne, a fait savoir que les messages échangés pendant cette période n’étaient pas liés aux accusations de violences et n’étaient pas pertinents pour l’affaire. Mais l’argument n’a pas convaincu le juge, qui a déclaré que « les messages australiens étaient défavorables à la plaidoirie du demandeur ».

Un premier coup dur pour Johnny Depp, qui doit également faire face à treize allégations distinctes de violences domestiques entre 2013 et 2016 évoquées par le tabloïd britannique. Mais l’interprète de Sweeny Todd pourra également compter sur le soutien de ses ex-compagnes, Vanessa Paradis et Winona Rider, qui ont accepté de témoigner lors du procès qui se déroulera le 7 juillet prochain.



Source