La Namibie a désormais ses propres vétérinaires

Les premiers diplômés de l’école vétérinaire de l’Université de Namibie ont été distingués le 23 juillet 2020 lors d’une cérémonie virtuelle.  

C’est une première pour ce pays d’Afrique australe réputé pour la beauté de ses parcs nationaux. La Namibie dispose depuis le 23 juillet de 17 vétérinaires formés dans le pays, rapporte The Namibian. Ils ont reçu officiellement leur diplôme lors de la cérémonie virtuelle organisée par l’Université de Namibie (University of Namibia, Unam). Les nouveaux diplômés font partie « de la première promotion de l’école de médecine vétérinaire de l’Unam, qui a été créée en 2016 », indique le journal.

Nangolo Mbumba, le président de l’Unam, a salué lors de la cérémonie le « risque » pris alors par ces étudiants en notant qu’il n’était « pas facile d’être un groupe pionnier ». « C’est avec joie et plaisir que nous mettons en avant notre première cohorte de 17 vétérinaires diplômés de l’Université de Namibie », a-t-il déclaré. 

En expliquant l’objet de leur spécialité – soigner aussi bien les animaux domestiques que ceux restés à l’état sauvage , il a fait savoir que ces vétérinaires pouvaient « décorner les rhinos namibiens ». Une pratique à laquelle le pays a recours depuis 2014 pour protéger du braconnage l’espèce des fameux rhinocéros noirs, fierté menacée de la Namibie.

Jusqu’ici, la Namibie faisait faire appel à des vétérinaires ressortissants des pays voisins. « Les diplômés devraient répondre à la demande de la Namibie en vétérinaires formés localement. Le pays emploie des étrangers, principalement du Zimbabwe et d’Afrique du Sud », explique The Namibian.

Pour absorber ces nouveaux vétérinaires que la Namibie peut désormais former, la création de « 51 postes » au sein du ministère de l’Agriculture, de l’Eau et de la Réforme agraire a été approuvée par le gouvernement. « Le ministère compte actuellement 78 postes de vétérinaires d’Etat, dont la plupart sont occupés par des Zimbabwéens », précise The Namibian. Cependant, les autorités namibiennes ont également fait appel au secteur privé pour les employer. 





Source