le Portugal annonce un reconfinement général

Le Portugal, qui n’avait pas décidé de deuxième confinement à l’automne, contrairement à d’autres pays européens, s’est résolu à mettre en place ce régime sur tout son territoire à compter de vendredi 15 janvier et pour une durée d’un mois. Les nouvelles restrictions sanitaires correspondront « essentiellement » à celles qui avaient été décidées en mars et avril, lors du premier confinement, a indiqué le Premier ministre Antonio Costa. 

Mais, cette fois, les écoles resteront ouvertes, de même que les tribunaux ou les églises, a précisé le chef du gouvernement socialiste. « La règle est simple : chacun d’entre nous doit rester à la maison », a-t-il souligné, confirmant ainsi la fermeture des commerces non essentiels, des cafés et des restaurants. Exceptionnellement, les électeurs pourront aller voter au premier tour de l’élection présidentielle du 24 janvier. En revanche, les autorités exigeront désormais un test négatif au Covid-19 pour les passagers débarquant dans les aéroports du pays.

La courbe s’est emballée après les fêtes

Le Portugal avait été relativement épargné par la première vague de la pandémie, grâce à un confinement total précoce, mais il a ensuite éprouvé plus de difficultés à endiguer la deuxième vague qui a déferlé à l’automne. Les autorités portugaises avaient imposé dès novembre des confinements partiels et des couvre-feux dans les régions les plus touchées.

La capitale Lisbonne était ainsi déjà soumise à un couvre-feu nocturne en semaine, qui débute dès 13 heures le weekend. En outre, les commerces et les restaurants, comme les espaces culturels ou religieux, avaient dû restreindre leurs horaires, mais n’avaient pas fermé leurs portes.

Mais, après un allègement de ces restrictions pour les fêtes de Noël, la transmission du virus s’est accélérée, et ce pays de dix millions d’habitants a atteint mercredi de nouveaux records, avec 156 morts et 10.556 cas détectés en une seule journée. D’après les données collectées par l’Agence France-Presse auprès des autorités nationales, le Portugal figurait au sixième rang mondial des pays pour le nombre de nouvelles contaminations par rapport à leur population au cours des sept derniers jours.

Il y a une semaine déjà, la ministre de la Santé, Marta Temido, s’était inquiétée de voir les hôpitaux du pays subir une « énorme pression », qui n’a cessé d’augmenter depuis, avec un peu plus de 4.200 personnes hospitalisées mercredi, dont près de 600 en soins intensifs.

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source