le Tournoi des Six Nations s’achève dans un contexte difficile

Débuté il y a neuf mois, le tournoi des six nations s’achève samedi 31 octobre au soir. Le titre va se jouer entre l’Angleterre, l’Irlande et la France. La rencontre entre les Bleus et l’Irlande se dispute dans un contexte pesant. Le rugby français, comme tous les autres sports traverse une période très compliquée en raison du coronavirus et du reconfinement.

Financièrement, les clubs professionnels sont dans la tourmente. Depuis le début de la saison, les matches se sont joués devant une assistance très réduite. Dorénavant, ils se disputeront à huis clos. Ce sera le cas pour le match France-Irlande. Le rugby amateur est, quant à lui, à l’arrêt. Tous les championnats ont été suspendus jeudi 29 octobre, et ce au moins jusqu’à début janvier. Dans ce contexte bien sombre, le XV de France doit se sentir « en mission », souligne son sélectionneur Fabien Galthié : « C’est ce qui va nous habiter dans la préparation de ce match qui, avec les événements, prend encore plus de dimension, encore plus de sens vis-à-vis de notre microcosme, celui du rugby. »

Aux enfants et à tout le rugby amateur, qui ne peuvent pas jouer, nous aimerions leur dire que nous sommes des privilégiés, nous en avons conscience.

Fabien Galthié, sélectionneur du XV de France

en conférence de presse

« Les joueurs en ont conscience et on a vraiment envie de leur dire de tenir le coup et que dans ces moments difficiles, il faut être résilient. », ajoute le sélectionneur.

Pour bien marquer la solidarité du XV tricolore avec ces clubs en souffrance, la fédération a décidé d’une action symbolique. « Chaque joueur aura dans son dos le nom de son club formateur, dévoile le Raphaël Ibañez, le manageur des Bleus.
Car nous tenons également à bien rendre hommage à tous ces clubs qui s’apprêtent également à souffrir. »

Pour gagner le tournoi, pour la première fois depuis dix ans et offrir un peu de bonheur à leurs supporters, les Bleus devront battre nettement l’Irlande ce soir, tout en espérant que l’Angleterre ne s’impose pas trop largement en Italie.



Source