l’enseignement supérieur à marche différenciée


En prépa maths-physique au lycée Camille-Jullian, à Bordeaux, Morgane Kramer est soulagée de pouvoir revenir en cours lundi, au retour des vacances de la Toussaint. « C’est une chance, je suis très contente. Même si c’est un peu bizarre, alors que tous mes amis, à la fac, vont rester à la maison », raconte la jeune femme de 19 ans. Le confinement du printemps, Morgane l’avait plutôt bien vécu : rentrée chez ses parents à Toulouse, elle avait suivi ses cours sur Zoom et Discord. « C’était pas si compliqué, on pouvait poser des questions, les profs étaient disponibles… Et puis, j’avais moins de transports, plus de temps pour travailler. Mais les vrais contacts me manquaient ».

Avec ce nouveau confinement, les formations de l’enseignement supérieur ne sont pas toutes logées à la même enseigne. Jeudi soir, Jean Castex donnait des détails sur le fonctionnement à venir des universités – cours basculés intégralement en ligne, bibliothèques ouvertes sur réservation, restaurants accessibles seulement pour la vente à emporter, personnel en télétravail mais possibilité d’accès aux laboratoires, examens maintenus, dérogations possibles pour les cours en travaux pratiques…

Lire aussi Les premiers détails des mesures du reconfinement : masque dès 6 ans, télétravail « 5 jours sur 5 » et marchés ouverts

De son côté, Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, écrivait dans un post Instagram que les 85 000 étudiants de classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) continueraient, eux, d’aller en cours lundi, car les lycées restent ouverts. Tout comme les 260 000 élèves des BTS et formations assimilées assurés dans les établissements d’enseignement secondaire. Les Instituts universitaires de technologie (IUT), autres formations post-bac en deux ans, mais dépendants des universités, basculent leurs cours à distance.

« Stupéfaction » de la CPU

Face à cette différence de traitement, la Conférence des présidents d’universités a exprimé, dans un communiqué diffusé vendredi, sa « stupéfaction ». « Chacun le sait, les classes préparatoires, souvent bondées, accueillent des élèves issus de milieux sociaux plus favorisés. Rien ne peut justifier, en dehors d’un réflexe sociologique de reproduction, une telle différence de traitement. Cette décision ôte toute crédibilité aux annonces du gouvernement en faveur de l’égalité des chances, dont il prétend faire son cheval de bataille », écrit la CPU.

« C’est un symbole politique désastreux », confie Olivier Laboux, président de l’université de Nantes et vice-président de la CPU. « Nous avons dans les universités les étudiants les plus fragiles et les moins préparés pour les cours à distance, issus de couches sociales globalement moins favorisées qu’en prépa. Et c’est encore une fois les pénaliser par rapport aux autres. Le pur distanciel, ce n’est pas la meilleure pédagogie, il y a de vrais risques de désocialisation, de décrochage chez certains publics, en particulier les premières années », explique-t-il.

Il vous reste 68.9% de cet article à lire. La suite est réservée aux abonnés.



Source