Les Françaises se maquillent moins qu’avant

La crise du Covid-19 a bouleversé les habitudes make-up des Françaises. Une étude IFOP pour le label Slow Cosmétique révèle que Le confinement, le télétravail ou encore la cause environnementale les incitent à moins se maquiller. La tendance du « no make-up » est ainsi désormais majoritairement adoptée.

Le maquillage a de moins en moins la côte auprès des Françaises, et ce pour différentes raisons. La crise sanitaire vécue depuis mars y est pour beaucoup, tout comme la situation environnementale et la présence de produits chimiques pouvant nuire à notre santé dans certains produits de maquillage. Les résultats issus de l’enquête IFOP  pour le label Slow Cosmétique* en témoignent. 

Le contexte actuel joue sur la tendance du « no make-up »

Le confinement a laissé des traces sur les habitudes de maquillage des Françaises. En effet, le fait de rester enfermée à la maison les a poussé à beaucoup moins se maquiller, voire à ne pas se maquiller du tout. Le télétravail, largement adopté depuis le déconfinement, a par ailleurs le même effet sur la fréquence des maquillages. L’étude révèle ainsi que seulement 21% des Françaises se maquillent quotidiennement actuellement, contre 42% en 2017.

L’environnement et la santé : deux critères essentiels

En plus du contexte sanitaire actuel, le contexte environnemental influe également sur la relation des femmes au maquillage, tout comme leur préoccupation au sujet de leur peau.

En effet, 50% des Françaises souhaitent améliorer la qualité de leur peau, et 48% désirent revenir à un visage, sans produits chimiques sur leur visage. Ces désirs laissent donc place à une tendance de no make-up de plus en plus poussée, et assumée.

*Etude IFOP pour le label Slow Cosmétique réalisée sur un échantillon de 3018  personnes. 



Source