Les infos de 18h – Coronavirus : Agnès Buzyn se justifie devant la commission d’enquête

L’ancienne ministre de la santé Agnès Buzyn est auditionnée ce mardi 30 juin par la commission d’enquête sur la gestion de l’épidémie de coronavirus devant l’Assemblée nationale. Celle qui assurait fin janvier que la France était extrêmement bien préparée et que les masques étaient là en nombre suffisant, doit maintenant se justifier

Agnès Buzyn a répondu, visage tendu et gorge nouée, à cette commission d’enquête qui entend faire la lumière sur la gestion de la pandémie par les autorités sanitaires françaises. Les premières questions portent sur sa prise de conscience des risques de l’épidémie. 

L’ancienne ministre a tout d’abord déclaré que la première alerte qu’elle a reçue date du 25 décembre 2019, lorsqu’elle tombe par hasard sur un blog britannique faisant état de curieuses pneumonies. Elle explique qu’elle aurait prévenu dans la foulée la DGS. 

Une anticipation ‘sans commune mesure’ de la France

Agnès Buzyn devant la commission d’enquête sur la gestion de l’épidémie de coronavirus

Par ailleurs, elle a tenu à souligner qu’elle fut la première ministre en Europe à alerter la population lors de la conférence de presse du 21 janvier 2020. « Je pense être la seule ministre de la Santé européenne à avoir pris la décision de faire une conférence de presse aussi tôt », explique-t-elle. 

Quant à l’épineuse question des stocks des masques ? Sur ce point, l’ancienne candidate LaREM à la mairie de Paris assure que la première commande a été réalisée le 30 janvier, insistant sur l’anticipation « sans commune mesure » de la France. Pour rappel, le numéro 2 du ministère de la Santé Jérôme Salomon avait été entendu plus de quatre heures devant l’hémicycle. 

À écouter également dans ce journal

Enquête – Une enquête préliminaire vise Jean-Luc Mélenchon et plusieurs dirigeants de la France Insoumise. En cause : les amendes et dommages et intérêts auxquels ils avaient été condamnés après la perquisition houleuse d’octobre 2018. 

Europe – L’Union européenne ouvre ses frontières à 15 pays dès le 1er juillet. La Chine en fait partie, sous conditions. En revanche, les États-Unis comme la Turquie en sont exclus. 

Transports – Les Français ne semblent pas pressés de réserver leurs billets de train pour cet été. En cause : l’incertitude sur l’épidémie et le confinement qui a repoussé l’organisation des vacances estivales. 

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source