les Pays-Bas mettent leurs conditions


Il est devenu le visage de la contestation. Le Premier ministre néerlandais Mark Rutte n’a pas hésité à s’opposer au plan de relance économique de 750 milliards d’euros proposé notamment par la France et l’Allemagne. Dans celui-ci, s’ils acceptent les 250 milliards d’euros de prêts, les Pays-Bas refusent les 500 milliards d’euros de subvention.

Pour obtenir cette aide financière, chaque pays devra présenter un plan de réforme. La classe politique néerlandaise estime donc que certains pays du sud de l’Europe devraient d’abord se restructurer avant de pouvoir profiter de cette somme. « Comment pourrais-je dire au contribuable qu’il devra donner de l’argent à l’Italie où le travail au noir représente 25% du PIB ? Ça ne marchera pas. Ils doivent réformer leurs retraites et leur économie », conteste Anne Mulder, porte-parole du VVD (parti libéral).



Source