lesquels sont toujours en vigueur, où ?


Si l’épidémie de coronavirus diminue en France, le virus circule toujours. Le port du masque reste recommandé dans les situations ne permettant pas de respecter les distances physiques.

[Mis à jour le mardi 30 juin 2020 à 14h20] Malgré quelques restrictions qui persistent (notamment pour la pratique des sports de combat et la réouverture des discothèques et salons), la France est totalement déconfinée. Les gestes barrières ont été allégés dans les écoles et dans les entreprises. Mais attention, « la poursuite de la circulation virale invite à maintenir la vigilance et continuer à adopter les mesures de prévention préconisées » rappelle Santé Publique France dans son point épidémiologique du 25 juin. Quelles sont-elles à date ? Où faut-il continuer de porter le masque ? D’appliquer la distanciation sociale ?

« Bien se laver les mains (avec du savon et de l’eau) minimise le risque d’être contaminé après avoir touché une surface qui a été préalablement contaminée par une personne malade, puis de se toucher le visage, la bouche ou les yeux« , explique le Dr Pierre Parneix, médecin hygiéniste. Selon les recommandations du HCSP :

Le lavage des mains doit se faire plusieurs fois par jour à l’eau et au savon pendant 30 secondes puis il faut les sécher avec une serviette propre ou à l’air libre. Il faut se laver les mains après toute manipulation d’un masque (tout type de masque), avant de préparer les repas, de les servir et de manger et avant de sortir de chez soi, après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, avoir rendu visite à une personne malade, chaque sortie à l’extérieur, avoir pris les transports en commun (ou partagés), être allé aux toilettes, avoir touché aux parties communes d’un immeuble. 

Affiche des gestes barrières à appliquer pendant l’épidémie de coronavirus. © Santé Publique France

L’usage du gel hydro-alcoolique s’est largement répandu depuis le déconfinement. Dans les entreprises mais aussi dans les magasins et centres commerciaux. La friction avec du gel hydro-alcoolique est toujours recommandée par les autorités de santé, notamment chez les enfants à l’école qui n’ont pas toujours à disposition un point d’eau avec du savon. Pour être efficace, il faut avoir les mains visuellement propres et respecter les 6 étapespaume contre paume/dos des mains/entre les doigts/les dos des doigts/les pouces/le bout des doigts et des ongles. Il faut se laver les mains plusieurs fois par jour. Le produit doit contenir au moins 60% d’alcool et répondre à la norme NF EN 14 476.

« Il faut observer une distance de sécurité d’un mètre entre les personnes. C’est la distance qui permet de ne pas être touché par les gouttelettes du nez ou de la bouche susceptibles de contenir le virus » insiste le Dr Pierre Parneix. Ce principe doit être respecté dans tous les lieux publics, les commerces et les transports en commun. Lorsque l’endroit est confiné et qu’il n’est pas possible de respecter cette distance, le spécialiste recommande de « tourner le dos à la personne malade, afin que les sécrétions aient moins de risque de toucher le visage ». Santé Publique France recommande le 25 juin de porter le masque dans les situations ne permettant pas de respecter les distances physiques. Ces mesures de distanciation passent aussi par :

distance sociale coronavirus
Respecter la distanciation sociale pour faire barrage au coronavirus. © Ministère de la Santé
  • ne pas se serrer la main,
  • ne pas s’embrasser,
  • ne pas se donner d’accolades,
  • Eviter de se serrer la main ou de se faire la bise pour se saluer.
  • Éviter de se toucher la bouche, le nez et les yeux : nez, yeux et bouches sont autant de « portes d’entrées » possibles au virus. En période d’épidémie, il est préférable d’éviter au maximum de se toucher le visage avec les mains, potentiellement contaminées.
  • Se couvrir la bouche et le nez avec le pli du coude ou avec un mouchoir en cas de toux ou d’éternuement – jeter le mouchoir immédiatement après dans une poubelle fermée et se laver les mains avec une solution hydroalcoolique ou à l’eau et au savon. Se couvrir la bouche et le nez en cas de toux ou d’éternuement permet d’éviter la propagation des virus et autres agents pathogènes.

« Il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus et entretiennent la transmission de l’infection. En France, dans ce contexte, le port généralisé d’un masque par la population constitue une addition logique aux mesures barrières actuellement en vigueur » estime l’Académie nationale de médecine dans un communiqué du 2 avril 2020. Ce que confirme le Premier ministre lors de son discours du 28 avril où il invite les particuliers à se fabriquer des masques répondant aux normes Afnor et les entreprises à en délivrer aux salariés.

→ Les masques sont obligatoires dans les transports en commun, pour les élèves de plus de 11 ans dans la classe quand la distanciation physique d’au moins 1 mètre n’est pas possible, pour les collégiens/lycéens lors de leurs déplacements. Ils sont aussi obligatoires pour le salarié en entreprise qui ne peut pas respecter une distance d’un mètre d’autres collègues.

→ Ils ne sont plus obligatoires pour les enseignants lorsqu’ils font cours et sont à une distance d’au moins un mètre des élèves.

« Non, répond l’Organisation mondiale de la Santé. Le fait de se laver les mains régulièrement protège mieux contre la COVID-19 que le port de gants en caoutchouc. Le virus peut se trouver sur les gants et il y a un risque de contamination si vous vous touchez le visage avec les gants. »  Les gants peuvent servir de support au virus après souillage par des gouttelettes (les sécrétions respiratoires qu’on émet quand on tousse, éternue, ou discute), qui sont le moyen de transmission du coronavirus. 

En cas de port de gants :

  • Ne pas se porter les mains gantées au visage.
  • Ôter ses gants en faisant attention de ne pas toucher sa peau avec la partie extérieure du gant.
  • Jeter ses gants dans une poubelle après chaque utilisation.
  • Se laver les mains ou réaliser une friction hydro-alcoolique après avoir ôté ses gants.

Dès la présence de signes d’une possible infection Covid-19 (toux, essoufflements, fièvre, etc.) : 

  • Rester chez soi ou dans son lieu de confinement, éviter les sorties et les contacts avec des personnes fragiles, contacter le médecin si besoin
  • Limiter les contacts directs et indirects (via les objets) ;
  • Porter impérativement un masque grand public dès lors que les règles de distanciation physique ne peuvent être garanties.
  • Contacter le médecin traitant qui pourra prescrire un test de dépistage du Covid-19.
CHEZ LE COIFFEUR

• Suppression des magazines et collations.

• Les clients doivent venir seuls, ou pour accompagner un enfant.

• Seuls les clients qui se font coiffer ou qui achètent un produit peuvent rester dans le salon.

• Chaque nouveau client entrant dans le salon doit utiliser du gel hydroalcoolique mis à disposition à l’entrée du salon et être muni d’un masque.

• La mise en place d’un vestiaire est à bannir : il faut idéalement laisser laisser ses vêtements dans la voiture, le sac ou sur leurs genoux sous le peignoir. En cas de vestiaire exceptionnel, les vêtements devront être isolés les uns des autres.

• Eviter au maximum les contacts trop proches en face à face avec les clients, éviter de leur toucher le visage et privilégier les conversations via le miroir.

• Le paiement par carte bancaire et sans contact est encouragé.

A domicile : isoler l’espace de travail de l’ensemble des personnes présentes sur le lieu, et désinfecter ce dernier comme il se doit (désinfection assurée par le professionnel). Obligation de porter un masque normé avec attache derrière les oreilles pendant toute la durée de la prestation à domicile. Accueillir le professionnel en tenant la porte ouverte et en la refermant derrière lui à l’issue de la prestation afin que ce dernier ne touche pas les poignées de porte durant sa présence au domicile. Seul le client devra être présent sur les lieux.

Les commerces étant des lieux de proximité, il faut faire preuve d’une grande vigilance et ne s’y rendre qu’en cas de nécessité. Les consignes sont les suivantes :

  • la distanciation physique de 1 mètre entre chaque personne doit être respectée ;
  • le personnel doit être protégé ;
  • le port du masque est recommandé pour le personnel comme pour les clients lorsque la distanciation physique n’est pas possible. Un commerçant peut imposer le port du masque dans son magasin.
  • les marchés de plein air et halles couvertes rouvrent si les distances de sécurité entre les consommateurs sont garanties. 

Afin de favoriser la reprise de l’activité, le ministère du Travail a publié le 24 juin une nouvelle version du protocole national de déconfinement en entreprisequi se substitue au précédent, mis en ligne le 3 mai 2020.  » Le nouveau protocole qui entre tient compte de l’évolution de la situation sanitaire. Il est plus souple tout en maintenant une vigilance pour protéger les salariés comme les clients. La reprise de l’activité ne doit pas empêcher la prudence. Nous devons rester vigilants car le virus circule toujours. Ce nouveau guide permet donc d’accompagner les entreprises, les employeurs et les salariés dans cette nouvelle phase de reprise de l’activité » a commenté la ministre du Travail Muriel Pénicaud. Désormais : 

  • Le respect d’une distance d’au moins un mètre entre les personnes devient la norme ; la jauge des 4 m2 est désormais un simple outil qui reste proposé à titre indicatif ;
  • En cas de difficulté à respecter cette distance d’un mètre, le port du masque est obligatoire pour le salarié ;
  • Le salarié porte un masque lorsqu’il est amené à être en contact à moins d’un mètre d’un groupe social constitué librement de personnes qui ne portent pas de masque.
  • Le télétravail n’est plus la norme mais il reste une solution à privilégier dans le cadre d’un retour progressif à une activité plus présentielle, y compris alternée.
  • Les personnes à risque de forme grave de COVID-19 qui ne bénéficient pas d’un certificat d’isolement doivent pouvoir télétravailler ou bénéficier de mesures adaptées de protection renforcée.
  • Une attention particulière doit être portée par l’employeur dans l’application des mesures auprès des travailleurs détachés, saisonniers ou à contrat de courte durée.

« Du fait de l’évolution du niveau de circulation actuelle du virus et des données scientifiques rassurantes concernant l’impact et la transmission de la Covid-19 chez les enfants de moins de 15 ans, un assouplissement du protocole sanitaire, nouvelle étape vers un retour à la normale, est dorénavant possible » indique le ministère de l’Education nationale. Un protocole allégé a été publié le 17 juin pour permettre au plus grand nombre de retourner en classe tout en conservant les gestes barrières de base : 

→ La règle indicative de surface de 4m² par élève ne s’applique plus dans les locaux comme dans les espaces extérieurs.

→ A l’école maternelle, entre les élèves d’une même classe ou d’un même groupe aucune règle de distanciation ne s’impose que ce soit dans les espaces clos (salle de classe, couloirs,réfectoire, etc.) ou dans les espaces extérieurs. En revanche, la distanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents.

 Dans les écoles élémentaires et les collèges, la distanciation physique d’au moins un mètre s’applique dans les espaces clos (dont la salle de classe), entre l’enseignant et les élèves ainsi qu’entre les élèves quand ils sont côte à côte ou face à face. Elle ne s’applique pas dans les espaces extérieurs entre élèves d’une même classe ou d’un même groupe, y compris pour les activités sportives.

 L‘organisation de la classe à l’air libre est encouragée. En outre, si le mobilier des salles de classe ne permet pas de respecter la distanciation physique, tous les espaces de l’établissement peuvent être mobilisés (CDI,salles informatiques…), y compris pour proposer d’autres activités (études, 2S2C).

 Dans les lycées, une distance minimale d’un mètre est respectée entre chaque personne dans les espaces clos et dans les espaces extérieurs. Les lycéens et collégiens doivent porter un masque quand ils se déplacent dans l’établissement.

 Le port du masque n’est pas obligatoire pour les personnels enseignants lorsqu’ils font cours et sont à une distance d’au moins un mètre des élèves. Lorsque le masque n’est pas utilisé, il peut être soit suspendu à une accroche isolée, soit replié sans contacts extérieur/intérieur (ne pas le rouler) et stocké dans une pochette individuelle.

 L’arrivée et le départ des élèves et enseignants peuvent être étalés dans le temps pour limiter le brassage et les croisements des enfants dans l’établissement.

 La distance d’au moins un mètre entre les élèves à la cantine est maintenue.

​​​​​​​→ Un nettoyage des sols et des grandes surfaces (tables, bureaux) est réalisé au minimum une fois par jour. Un nettoyage désinfectant des surfaces les plus fréquemment touchées par les élèves et personnels dans les salles, ateliers et autres espaces communs (comme les poignées de portes) est également réalisé au minimum une fois par jour.

​​​​​​​→ L’accès aux jeux extérieurs, aux bancs, aux espaces collectifs est autorisé si un nettoyage quotidien est assuré (ou après une période sans utilisation d’environ 12 heures). 

Pour réduire le risque de contamination par le coronavirus, il faut désinfecter. « Les produits de nettoyage et désinfectants couramment utilisés (eau de Javel, éthanol 70%…) sont efficaces contre le COVID-19 », peut-on lire sur le site du gouvernement.

En plus du nettoyage régulier, les surfaces qui sont fréquemment touchées avec les mains doivent être nettoyées et désinfectées deux fois par jour : les poignées de porte, les interrupteurs d’éclairage, les poignées de toilettes, les rampes d’escaliers, les surfaces d’écran tactile et les claviers par exemple.

Dans les commerces, les écoles, sur le lieu de travail… Les affiches rappelant ces gestes sont téléchargeables sur le site de Santé Publique France. On y trouve :

Elles confirment les mesures diffusées par l’OMS



Source