l’État piégé par un rappeur ?

Des hommes cagoulés, une table couverte de drogues. Des images qui avaient aussitôt fait réagir le ministre de l’intérieur, Gérald Darmanin. Ce dernier avait aussitôt demandé aux forces de police de se rendre dans le quartier du Mistral à Grenoble (Isère), où la scène a été filmée. Coup de théâtre : elles proviendraient d’un clip de rap, diffusé le 31 août. « J’ai laissé fuité deux trois images pour faire le buzz, j’ai attendu deux trois jours (…) et là j’ai balancé le clip« , indique Corbak Hood, un jeune rappeur de 16 ans.

Une enquête a été ouverte afin de savoir qui a fabriqué la vidéo et quels sont les liens éventuels entre le rappeur et des trafiquants de stupéfiants. Le préfet de l’Isère, Lionel Beffre, n’est toujours pas convaincu. « C’est l’enquête qui le déterminera », a-t-il déclaré. « Au bout de trois opérations il y a eu une saisie de dix kilos de drogues dans ce quartier et dans les quartiers avoisinants. Alors vidéo vraie ou pas vidéo vraie, ça méritait sans doute que la police s’y intéresse« , a de son côté commenté Gérald Darmanin. Pas la bonne méthode selon le maire de Grenoble, Éric Piolle : « Il faut prendre de la hauteur pour arrêter de stigmatiser ».

Le JT

Les autres sujets du JT



Source