pourquoi les prévisions de mortalités repartent à la hausse

Les prévisions de mortalité sont révisées à la hausse aux États-Unis. C’est le pays qui compte le plus de morts liés au coronavirus, on approche des 70.000. Et ça, c’est sans compter la surmortalité qu’on constate dans les statistiques, au-delà du Covid-19. Il y a des milliers de morts en plus par rapport à une année normale. 

Mais, même si on reste sur 70.000, c’est difficile de faire des comparaisons entre les États-Unis et les pays européens, car ici le pays est plus peuplé, donc le nombre de morts par millions d’habitants est plus faible qu’en France. Mais, la densité de population est différente, donc par exemple, ici l’agglomération de New York compte à peu près autant de morts que la France, et la seule ville de New York, 10 fois moins d’habitants que l’Allemagne, compte 3 fois plus de morts.

Bref tout ça pour vous dire qu’il est difficile de comparer le nombre de morts ici et dans les pays européens. Mais il y a une chose qu’on peut comparer, c’est la courbe de la mortalité. Le profil de la courbe. Elle baisse clairement en France, en Italie, en Espagne en Allemagne. Ici on pensait être sur un plateau, mais la courbe est en train de repartir à la hausse.

Il devrait y avoir plus de morts que prévu

Le 20 avril, il y a exactement 15 jours, le président Trump prédisait 50 à 60.000 morts d’ici août. On en est déjà à près de 70.000. Il y a 10 jours, le vice-président Pence prédisait que la pandémie serait largement  derrière nous fin mai. Un document interne de l’administration Trump prédit maintenant que le nombre de morts par jour devrait doubler d’ici le 1er juin. L’un des modèles de référence souvent cité par la Maison Blanche a décidé il y a quelques heures de doubler son estimation totale de morts du Covid-19 :  plus de 135.000 morts d’ici août.

Comment expliquer que la courbe, au lieu de retomber, remonte en flèche ?

Le plus probable c’est que ces chiffres soient le reflet d’un déconfinement trop précoce, parce que plus de la moitié des États ont allégé les règles, la plupart sans respecter les consignes qui avaient été définies par la Maison Blanche, qui avait demandé qu’il y ait au moins 14 jours de baisse du nombre de nouveaux cas pour rouvrir les commerces, etc.

Cela a commencé à se desserrer il y a une dizaine de jours, et jour après jour, il y a de nouveaux états qui autorisent leurs commerces à rouvrir. Beaucoup de gouverneurs ont pris cette décision parce qu’ils pensent que l’urgence c’est de sauver l’économie. Plus de 30 millions d’Américains ont perdu leur emploi en 6 semaines. Il y a aussi la pression des manifestants anti-confinement. Donc les gens sortent davantage, prennent davantage de risques, et voilà, quelques jours plus tard, on en voit les résultats dans les chiffres.

Malheureusement, les États-Unis sont en train d’expérimenter ce que les États européens cherchent à éviter avec leur déconfinement : s’il intervient trop tôt, sans les protections nécessaires, ce n’est même pas qu’une deuxième vague est possible, c’est que la première vague, qui devait s’affaiblir, reprend de la vigueur.

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source