« Un progrès important », se réjouit un pédiatre

Les tests salivaires vont désormais être possibles. Dans un avis rendu ce vendredi 18 septembre, la Haute autorité de Santé a donné son feu vert à leur utilisation pour dépister le coronavirus. Pour le moment, ils ne concerneront que les personnes qui présentent des symptômes de la maladie. 

Pour Christophe Delacourt, pneumologue-pédiatrique à l’hopital Necker et président de la Société Française de Pédiatrie, c’est un « progrès très important ». Il explique que le test PCR, qui consiste à introduire un écouvillon dans le nez du patient, est « désagréable ». « Pour les enfants, c’est encore plus compliqué », assure-t-il au micro de RTL.

Selon le pédiatre, les tests salivaires seront « extrêmement utile » pour aider au diagnostic de la Covid-19. Il concède toutefois qu’ils sont « un peu moins sensibles » que les tests PCR. Christophe Delacourt explique que certains tests salivaires peuvent revenir négatifs là où un test PCR serait positif. Mais il estime que ce n’est « pas très grave » car « les discordances concernent les gens probablement les moins contagieux ».

Le pédiatre salue par ailleurs le projet du ministère de l’Éducation nationale d’alléger son protocole sanitaire, de manière à réduire le nombre de fermeture de classes. Alors que les rhumes et autres gatro-entérites commencent à se multiplier, il conseille aux parents d’enfants de moins de 6 ans de les emmener consulter un médecin afin de décider de la nécessité d’un test Covid. Pour les plus de 6 ans en revanche, « l’apparition de fièvre doit motiver un test », assure-t-il.

Selon les derniers chiffres officiels, 81 établissements scolaires et un peu plus de 2.100 classes sont actuellement fermés en France en raison de cas de Covid-19. Cela représente 0,13% des établissements scolaires du pays.

La rédaction vous recommande


Lire la suite



Source