Une manifestation de professionnels du spectacle dispersée par la police à Paris

Des manifestants qui réclamaient des « mesures concrètes » pour la culture, à l’appel de la CGT Spectacle, ont été dispersés par la police samedi 6 juin à Paris

Une manifestation rassemblant quelques dizaines de professionnels de la culture, à l’appel de la CGT Spectacle, a été dispersée samedi 6 juin place du Palais-Royal à Paris par un important déploiement policier, a constaté une journaliste de l’AFP.

Les forces de l’ordre ont procédé à des contrôles d’identité, arguant de l’état d’urgence sanitaire, avant de disperser ce rassemblement réclamant « des mesures concrètes » pour la culture, laminée par la crise sanitaire.

« S’il y a des amendes, on contestera », a assuré Denis Gravouil, de la CGT Spectacle, qui a dénoncé une dispersion « illégale » menée par une cinquantaine de policiers. Le représentant syndical affirme avoir reçu « un mail refusant l’autorisation de manifester », mais aucun « arrêté d’interdiction » n’a été publié dans la foulée.

Des rassemblements similaires ont eu lieu en France : une cinquantaine de manifestants à Lille, une dizaine à Strasbourg et à Lyon.

« On est dans le flou, les annonces du 6 mai (du président de la République, concernant la culture) ne sont toujours pas mises en application », s’inquiète Anne Conti, comédienne et metteure en scène, déléguée SFA-CGT pour les Hauts-de-France. « Notre bagarre à nous, c’est le maintien des droits des intermittents jusqu’au retour à la normale », soit jusqu’au moment où l’emploi retrouvera son niveau d’avant crise, affirme Daniel Muringer, musicien retraité à Strasbourg, militant au syndicat des artistes interprètes (SFA-CGT).

Le président Emmanuel Macron a annoncé le 6 mai l’attribution d’une « année blanche » pour les intermittents du spectacle, qui va prolonger leurs droits d’indemnisation jusqu’à fin août 2021. La CGT Spectacle déplore que ces annonces n’aient pas été « suivies de mesures concrètes »



Source