une mesure de confinement 100% française… et une règle absurde ?

Les Français confinés, n’ont, pour leur exercice physique individuel (ou la sortie de leurs animaux de compagnie), pas le droit de dépasser une durée d’une heure et un périmètre d’un kilomètre. Une règle dont beaucoup doute de la pertinence… Le critiquent fusent et les autres pays se moquent !

C’est une exception française que nos voisins ne nous envient pas. Depuis le reconfinement, les Français sont invités à ne pas sortir de chez eux plus d’une heure sur un périmètre d’un kilomètre. Une règle dont le bien fondé est de plus en plus en remis en question. 
Érigée en véritable rempart contre la pandémie par le gouvernement français, cette règle n’est en effet curieusement pas appliquée dans les autres pays européens. Ainsi, seuls nos voisins irlandais, confinés depuis le 21 octobre, sont limités à un périmètre de 5 kilomètres sans pour autant qu’une durée maximale de sortie ne leur soit indiquée.

Les Britanniques, quant à eux, incitent même les personnes seules à se promener dans les parcs en compagnie d’un proche, tandis que la Belgique milite pour un confinement « sans isolement » en autorisant leurs habitants à se réunir au maximum à quatre dans la rue (bref, au grand air plutôt qu’à l’intérieur).

Efficace ou pas efficace ? 

Une « exception française » qui interroge donc. D’autant que nombreuses sont les voix qui s’élèvent pour remettre en cause sa pertinence.

Et pour cause : si lors du premier confinement les masques manquaient à l’appel, ces derniers irriguent la France désormais protégeant ainsi les habitants de l’Hexagone lors de leurs déplacements.

Au fur et à mesure des recherches, la science a d’ailleurs pu prouver que les cas de contaminations extérieures – lorsqu’on respecte les gestes barrières – étaient rares. Selon une étude publiée en août dernier par une équipe de l’université d’Oxford et du MIT, ils seraient même quasiment impossibles.

Un ensemble de données duquel les spécialistes ont du mal à tirer des conclusions claires. « Les mesures du confinement étant prises toutes en même temps, nous ne sommes pas en mesure d’en évaluer l’impact individuel puisqu’elles influent en même temps sur la dynamique de transmission du virus« , explique à Slate Chloé Dimeglio, biostatisticienne au CHU de Toulouse.

Les Républicains, Europe-Écologie Les Verts… souhaitent que cette règle soit repensée 

Une chose semble être sur pourtant : cette restriction dans le temps et l’espace pourrait avoir eu des conséquences sur le moral des Français. Même si ces dernières sont, une fois de plus, difficiles à évaluer. « Il n’est pas possible d’évaluer spécifiquement l’impact de la règle du 1 kilomètre sur les Français« , indique à nos confrères Lise Bourdeau-Lepage, Professeure de Géographie à l’Université Lyon 3 et chercheuse au CNRS. 

Enfermement… tristesse et dépression

L’auteure d’une étude sur l’impact du confinement sur le bien-être précise pour autant : « On sait néanmoins que l’accès à la nature a été grandement réduit lors du premier confinement. […] Or on sait que la nature permet de réduire le stress et l’anxiété. »

Une crainte également partagée par le parti Europe Écologie-Les Verts. Ce mardi 17 novembre, le parti écologiste a déposé un recours devant le conseil d’Etat pour abroger cette limite du 1km/1h.

À la place, ils proposent une limitation de 2 heures pour 5km. Une mesure de « bon sens » selon Eva Sas, porte-parole de EELV, qui précise pour BFM-TV : « La situation sanitaire est grave, mais à l’intérieur de ces mesures de précaution sanitaire, on peut tout à fait avoir un accès égal à la nature et préserver la santé mentale de nos concitoyens« .

Attention aux dangers de la sédentarité

Autre sujet de préoccupation : la santé physique des Français qui serait mise à mal par cette mesure qui limiterait la pratique sportive. « Comment crédibiliser un reconfinement […] quand vous expliquez aux Français qu’il serait plus dangereux de marcher, de courir ou de pratiquer le vélo seul en forêt ou à la campagne que de prendre le métro aux heures de pointe ?« , se sont notamment insurgés une quarantaine de députés LR qui militent pour l’abrogation de la mesure.

Dans une lettre envoyée à la ministre des Sports Roxana Maracineanu le 13 novembre dernier, cet ensemble d’élus de droite pointait également du doigt la facture de « 17 milliards d’euros sur nos comptes sociaux » des « pathologies liées à la sédentarité« .  

Une règle pas toujours suivie 

Une règle qui, qui plus est, ne serait pas toujours bien respectée par les Français. Selon un sondage IFOP, 24 % d’entre eux déclarent être sorti de leur périmètre réglementaire.

Si on regarde chez nos voisins, on constate que des mesures sanitaires moins strictes peuvent également faire baisser la courbe des contaminations.

Cela, à partir du moment où la population… adhère aux restrictions qui lui sont imposées !



Source